Ete 2008 . A Skagen, au nord de la péninsule du Jutland, cette région du Danemark qui dessine comme une pointe dans sa partie ouest, la petite fille est partout. Avec son sarrau bleu, ses sabots, ses bas rouges qui tirebouchonnent sur ses jambes et la boucle de cheveux qui sort de son chapeau. Elle s'affiche en grand sur la façade du musée, sur des sacs, des tee-shirts, des cahiers et des bloc notes. Impossible de la rater. Elle est mon premier contact visuel avec l'oeuvre du peintre danois Peder Severin Kroyer qui, je ne le sais pas encore, va devenir l'un de mes peintres préférés. J'aime tant ce tableau, que je prends en photo ma fille de huit ans Chloé, au bord de l'eau, dans sa robe rose, dans la même position . ( Je vous aurais bien volontiers montré la photo mais impossible de mettre la main sur la quasi totalité de mes photos de ce voyage ce qui me chagrine beaucoup. Je n'en ai retrouvé que quelques unes ) Petite fille debout sur la plage de Skagen, Sonderstrand.

20210915_130315(0)

Peder c'est lui, peint par Lauris Tuxen. Un regard bon et franc. Des yeux qui scrutent les détails du paysage qui l'entoure.  Il s'est vêtu d'un costume de lin clair, a empoigné son bâton de marche pour gravir plus aisément les dunes, a mis sa sacoche de peintre en bandoulière et s'est installé sur la plage pour peindre sur le motif et en plein air. Peder est, comme la colonie de peintres qui s'y installe tous les étés, tombé sous le charme de la magie de Skagen, tombé sous l'emprise de ses rivages baignés d'une poésie de lumière.

20210915_130058

Il y a Peder et il y a Marie sans qui Peder n'est pas. Elle peint elle aussi et il en est tombé follement amoureux. Il peint les grands yeux clairs de Marie, son teint de porcelaine et Marie à son tour peint sa barbe rousse et ses sourcils broussailleux. Marie me fascine rapidement sans que j'arrive à vraiment savoir pourquoi. Sans doute parce que je porte le même prénom qu'elle, que j'ai moi aussi fait de la peinture et que je suis moi aussi la femme d'un peintre. Il me semble que je la connais, que je peux percer à jour ce qu'elle ressent et c'est moi qui tombe sous l'emprise de son regard clair. Double portrait de Marie et Peder Severin Kroyer. 

20210915_130441

Marie et Peder ne sont nulle part aussi heureux qu'à Skagen, entre ciel et mer. Peder peint la lumière du Nord et l'harmonie qui se dégage du site. Il peint aussi les travailleurs de la mer et les enfants sur le rivage.

20210915_131207 20210915_131213

Inlassablement, ses pas le ramènent sur l'immense plage qui mène à la pointe de Grenen là où la mer du Nord et la mer Baltique se rencontrent, se heurtent et s'entrechoquent. A l'ouest le Skagerrak, à l'est le Kattegat.  Etre à cet endroit précis c'est tenir entre ces mains un petit bout d'infini. Le vent y claque, le sable se meurt dans l'eau, et les vagues des deux mers dessinent comme une ligne à l'endroit de leur rencontre. Le 16 juillet 2008 c'était l'anniversaire de mon fils Vivien. Pouvait-on rêver plus bel endroit que cette pointe pour y fêter ses 15 ans ? 

20210915_131344

20210915_130812

 Peder peint surtout L'heure bleue , cet instant fugace en fin de journée quand les rayons du soleil illuminent le bord de mer d'une lumière si particulière, se réverbèrent sur la surface de l'eau et sur le blanc du sable et que le sentiment de plénitude est à son comble. Et il est vrai qu'à cet instant présent les bleus sont plus intenses.

P1270183 

P1270184

P1270187

Pointe de Grenen 2008

20210915_130842

20210915_130925 20210915_131237

20210915_131406

L'heure bleue, c'est le moment que Marie a choisi pour aller se promener avec son amie Anna Ancher. Moment d'intimité entre les deux femmes, Marie a la tête penchée vers celle de son amie sans doute pour lui confier un secret. Tout est doux : le bleu du ciel qui s'estompe et se fond dans celui de la mer, les limites floues entre le sable et l'eau, le contour des silhouettes illuminées par le soleil couchant, l'air immobile, calme et paisible.

J'ai contemplé ce tableau pour la première fois au musée de Skagen et il m'a fallu un moment pour pouvoir en détacher les yeux tant il exerce une fascination intense. Peu de tableaux dégagent une telle impression de plénitude absolue il était donc impensable pour moi de rater l'exposition " L'heure bleue " au musée Marmottant Monet à Paris qui m'a permis en septembre dernier d'admirer à nouveau les oeuvres présentées dans ce billet.

heure bleue (2) 

20210915_132515

20210915_132547

 Je suis désolée pour les reflets sur les photos, il est très difficile de faire des photos convenables lors d'une exposition.

 Pendant que Peder peint, Marie passe ses après-midi au jardin dans la maison aux murs colorés qu'ils louent tous les étés. Image d'un bonheur paisible et domestique. Leur fille joue sans doute un peu plus loin à moins qu'elle ne fasse la sieste. Le chien s'est couché au pieds de Marie  et le rosier croule sous les fleurs.

20210915_131919

20210915_132303 

P1270186

Jardin de la maison, Skagen 2008

Et puis il y a les joyeuses réunions avec les amis, peintres pour la plupart. L'été est l'occasion de retrouvailles festives, d'agapes et de grands éclats de rires. Les liens sont forts entre ces familles d'artistes. C'est le temps du bonheur. Hip, hip, hip, hourra, déjeuner d'artistes, Skagen.

20210915_131513 20210915_131456

20210915_131531

******************** 

En quittant l'exposition difficile d'échapper au regard triste de Marie. Car pour Peder et Marie l'histoire s'est mal finie. Une séparation inexorable, lente et douloureuse pour l'un comme pour l'autre. Le temps des promenades et des beaux étés sur la plage de Skagen est révolu. La vie avec Peder étant devenue trop difficile, Marie va le quitter pour un musicien suédois qui malheureusement la délaissera quelques années plus tard. 

Au musée de Skagen il y a un grand tableau qui n'était pas présent à l'exposition au musée Marmottan : Feu de joie de la Saint Jean sur la plage de Skagen. Autour du feu, Peder a peint les habituels, ses amis comme Anna Ancher et son mari. Il a aussi représenté Marie au bras de son amant Hugo Alfven et puis il s'est représenté en retrait, comme s' il se retirait déjà de l'histoire. 

Peder reste seul et s'éteint quelques années plus tard en laissant une oeuvre d'une beauté incomparable.

20210915_130503

20210915_130340

20210915_130359

 

************************

J'ai toujours pensé qu'on laissait une part de nous mêmes dans les lieux qui nous ont marqués. En ce qui me concerne, je pense avoir laissé une partie de moi même quelque part dans les dunes de Skagen, très certainement en compagnie de Marie, la jeune femme qui pour toujours se promènera sur la plage à l'heure bleue.

20210915_130747

P1270185 

Dunes de la pointe de Grenen, 2008

 

Sur le même sujet 

A lire : Sundborn ou les jours de lumière de Philippe Delerm dont l'action se déroule dans la colonie d'artistes de Skagen.

A voir : le film suédois Hip hip hurrah , grand prix de la Mostra de Venise 1987 qui raconte lui  aussi la colonie d'artiste de Skagen et la folie qui s'installe peu à peu chez le peintre Peder Severin Kroyer.

A donner

A la suite de mon dernier billet sur le Luberon, j'ai retrouvé un exemplaire en livre de poche de Une année en Provence de Peter Mayle. Eta d'usage. Le possédant déjà en version anglaise, je me propose de l'offrir à qui a envie de le lire. Il sera pour la première personne à m'en faire la demande en commentaire.

                                                                               Bien à vous,

                                                                                Marie *