Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je l'ai trouvé interminable cet hiver. Triste, gris, maussade, pluvieux, froid et je pourrais en rajouter encore des qualificatifs! Sur son joli blog principalement consacré à son jardin Catherine nous livre dans son billet du 3 avril un relevé des températures et de la pluviométrie de ce mois de mars comparé aux années précédentes. On apprend donc que chez elle en Bretagne, les températures sont allées de moins 3.9 ( déjà beaucoup plus bas en Normandie ) à plus14,3 avec une pluviométrie de 119 mm. Par comparaison, l'an dernier les températures se sont échelonnées de moins 1,1 à plus 20,7 avec une pluviométrie de seulement 62 mm et du soleil. Sans parler des petits 26 mm de pluie relevés en mars 2015. Bref, ce n'est pas qu'une simple impression, nous avons eu beaucoup de pluie, beaucoup de nuages, du gel et pas de lumière du tout.

Dans de telles conditions, il était indispensable de se trouver des activités à l'intérieur. Pour moi cela fut un grand mois de lecture. Bien au chaud, au coin du feu, quand la neige tombait doucement sur la chaumière bleue.

IMG_20180319_085451_294 DSC_1020

DSC_1018 DSC_1019 DSC_1017 DSC_1011

Quiétude ouatée des petits matins où malgré l'absence de soleil on est presque ébloui par tant de blancheur. Nul bruit ne vient troubler ces instants paisibles si ce n'est le crissement de vos pieds sur cette couverture cotonneuse jetée en travers du jardin. De mes nombreuses lectures, celles que je retiendrai le plus sont celles qui m'ont entrainée sur les chemins de la mémoire. Ceux qui s'enfoncent dans le méandres de nos histoires personnelles et qui ressemblent tant aux chemins forestiers tout de blanc revêtus.

DSC_1025

DSC_1031 DSC_1029 

Le premier de ces livres, trouvé complètement par hasard, porte le titre prémonitoire de Madeleine Project. Je l'ai lu pendant ces journées où les rares rayons de soleil transformaient l'intérieur de la chaumière en tableau flamand.

P1210317

P1210047

Madeleine Project est un livre atypique de part sa forme déja. Bien ancré dans le réel car il s'agit d'une histoire vraie, il est aussi un feuilleton, une enquête photographique, un jeu du hasard, un puzzle aux milliers de pièces disparates, un reportage composé d'une multitude de petites madeleines qui forment le corps de ce récit journalistique.

En 2015, la journaliste Clara Beaudoux, emménage dans un appartement parisien dont la cave a été abandonnée en l'état. L'ancienne occupante est décédée depuis un an, elle s'appelait Madeleine ( cela ne s'invente pas ) et le seul héritier n'est pas intéréssé par ce que la cave contient. Cartons, boites, valises, photos, documents, lettres, souvenirs, toute la vie de Madeleine surgit du passé. Clara Beaudoux pioche au hasard, recherche, enquête avec minutie sur la vie de cette inconnue, remonte le fil du temps, retrouve certains des acteurs de sa vie pour qu'elle échappe à l'oubli puis publie chaque jour ou presque sur Twitter en 140 caractères maximum le fruit de l'avancée de ses recherches. Forme narrative particulière s'il en est, peut-on d'ailleurs réellement parler de forme littéraire ? En tous les cas, ce livre tient en haleine de la première à la dernière page. Et grâce aux réseaux sociaux le projet devient participatif.

P1210343

P1210344

Clara tient un journal de bord de son enquête et les questions se multiplient; A t'elle le droit de dévoiler ainsi la vie de Madeleine ? Pourquoi s'intéresse t'elle tant à cette inconnue ? Comment était Madeleine ? A quoi ressemblait sa voix ? Ainsi se noue un dialogue entre ces deux femmes que seul un appartement relie.

Madeleine Project est très émouvant à lire et pose la question de toutes ces vies minuscules vouées à l'oubli collectif. Thème cher à mon coeur, moi qui garde précieusement toutes les traces du passé, photos et souvenirs. Il était donc totalement approprié que j'accompagne ma lecture de la dégustation des madeleines au citron de mon enfance ( recette sur mon blog ici ) avec la photo de Chloé à 6 ans avec sa maman en train de jouer à la pâtissière dans les cuisines d'une maison que nous visitions au Pays de Galles , une petite madeleine bien à moi.

P1210322

P1210325

 

Le deuxième livre est un cadeau reçu pour mon anniversaire et j'en suis heureuse car je ne l'aurais sans doute pas acheté toute seule. Il s'agit des Rêveurs écrit par Isabelle Carré. L'actrice emprunte les chemins de sa mémoire pour nous conter son histoire personnelle et familiale à commencer par celle de sa mère, rejetée par sa famille à la suite d'une grossesse qui fait tâche dans la bonne société. Puis les années d'enfance dans une famille bohême jusqu'à l'éclatement provoqué par la révélation de l'homosexualité du père. Les difficultés à vivre, les envies suicidaires, l'hospitalisation puis la salvation qui passe par le théâtre. Un chemin décrit avec une délicatesse inouïe, une justesse incroyable et beaucoup de poésie . On vibre à la lecture de ce livre. Fêlures et blessures de l'enfance, perte de l'insouciance, le douloureux passage à l'adolescence à l'heure où les adultes luttent eux mêmes pour leur survie. "Qu'est-ce qui cloche ? Qu'est-ce qui a tout fait déraper ? Ils n'ont pas toujours été si fragiles. Leur monde n'a pas pu chavirer comme ça, du jour au lendemain, sans signe avant-coureur. Qu'est-ce qu'on n' a pas voulu comprendre, su détecter ? Tout est opaque, impossible d'y voir clair. Comme si un charme s'était emparé de toute la maison, qu'un mauvais génie leur avait jeté de la poudre aux yeux pour endormir leurs esprits et leur clairvoyance. Oui, on dirait qu'ils dormaient. Dans le conte, il n'y a pas que la Belle au Bois dormant qui s'évanouit, le château entier et tous les habitants du royaume sont plongés avec elle dans un profond sommeil qui les paralyse."

P1210320

 

Hormis ces moments de lecture intenses, il y a eu le plaisir de ces après-midi où l'on reçoit la visite d'une amie. Organiser un petit coin de printemps sur la table sans doute pour l'inciter à s'installer pour de bon. Comme chaque année, la vue des clochettes mauves des muscaris m'enchante. Les crocus plantés dans la vieille soupière crême se sont ouverts pour l'occasion.

P1210220

P1210193

P1210049 

Retrouver dans le vieux carnet de cuisine qu'on avait commencé quand on avait 16 ans, la recette du très British Sultana Cake, presque 500 grammes de raisins secs dans la pâte !

P1210237

Se dire qu'il sera parfait avec la confiture d'oranges maison offerte par ma presque voisine @numero112 et le présenter sur une assiette en terre de fer chinée il y a fort longtemps elle aussi. Je suis décidément entourée d'objets de mémoire.

P1210241

P1210242

 

confi

P1210260

Mariage cake / confiture d'orange parfait !

Entre deux lectures, j'ai aussi voulu mettre à l'honneur les dessins d'herbes folles de papillonage  que j'ai commencé à reproduire en partie sur un bout de toile bise. J'admire le travail de Sibylle qui nous entraîne dans son univers très délicat, follement poétique, avec des textes, des photos un peu voilées, et des dessins qui se déclinent en cartes, accordéons de papier, calendriers, livres cousu main que l'on peut retrouver ici, des petits trésors à collectionner, à disséminer dans la maison, à contempler, à feuilleter, des petits condensés de douceur avec une pointe de nostalgie et qui sont des invitations au rêve. Ses créations portent les jolis noms de L'inclinaison, Evidemment, Ce jour-là, Nos belles heures, Caresse, Tellement, Je voudrais toujours .... et le dessin que j'ai brodé en fil mordoré et auquel j'ai rajouté des feuillages se nomme Brindilles . ( Je remercie d'ailleurs Sibylle pour l'autorisation qu'elle m'a accordée de  vous présenter cette quasi reproduction de l'une de ses oeuvres ). 

P1210340

P1210333

"Chuchote moi un souvenir" n'est ce pas là une autre et délicieuse manière de se retrouver sur les chemins de la mémoire ?

P1210329

P1210331

P1210335

P1210336

P1210337

 

Ce mois de Mars s'est cloturé par le week-end de Pâques. Pour le fêter ce printemps qui semblait vouloir enfin pointer le bout de son nez j'ai ramené des brassées de fleurs du jardin tout d'abord disposées sur la table pour en faire un tableau éphémère puis réunies dans un pichet blanc.

P1210262

P1210263

P1210264

P1210266

P1210269

 

Et point de fête sans  jolie table et sans gâteau ( ce ne sera guère que le troisième de ce billet ! ), un Bundt Cake chocolat au lait noisette, (recette  de base trouvée sur internet) en forme de nid de Pâques. Complètement de saison !

P1210276

P1210281

P1210282

P1210278

 

Ce fut un billet plutôt long mais je ne viens pas très souvent par ici et j'avais donc pas ml de choses à vous dire ! En espérant que nous avons bel et bien laissé les frimas derrière nous et que nous profiterons bientôt de belles journées. Je vous retrouve bientôt pour un nouveau billet déco.

 

                                                  WELCOME SPRING

                                                                MARIE *