Marie et les agapanthes

29 août 2018

Retour en Bretagne

         Je n'avais pas gardé un très bon souvenir de mon premier séjour en Bretagne. Je m'étais imaginé des paysages sauvages, très verdoyants, un peu semblables à ceux que l'on voit en Irlande ou en Ecosse et je m'étais retrouvée dans une location humide, au bord d'une plage recouverte d'algues nauséabondes, pas loin d'une zone semi- industrielle, dans un environnement très urbanisé, le tout sous un ciel peu convaincant. J'avais fait des kilomètres de voiture sans voir d'endroit qui me plaise véritablement. Bref, ce séjour ne m'avait pas poussé à y revenir mais il fallait bien laisser une nouvelle chance à cette région de France tant plébiscitée. Chose possible parce que j'avais trois petits jours devant moi, assez pour aller découvrir la côte de granit rose dont on m'avait bien souvent parlé. Trois jours et...

Juste le temps d'emprunter les escaliers qui dégringolent de l'église Brélévenez à Lannion où le chemin est jalonné de statues de pierre à la beauté âtre et rugueuse comme les contours de cette terre.

P1220040 P1220041

P1220038 P1220039

 

Juste le temps de perdre son regard dans les eaux de l'estuaire du Léguer que l'on voit depuis la fenêtre de la chambre . Peut-on rêver avoir  meilleure vue ?

A peine réveillées, au petit matin, les eaux épousent en toute quiétude le gris du ciel .

P1220075

P1220076

P1220085 

Des eaux  que la lumière matinale strie de milliers de traits de pinceau comme pour composer des tableaux très contemporains.

P1220108

P1220109

P1220110

Elles s'animent d'un bleu profond et soutenu sous le soleil de l'après-midi,

P1220216

Pour mieux s'endormir, paisibles, au couchant.

P1220218

 

Juste le temps d'une balade sur le sentier des douaniers commencée sous un ciel très gris et finie sous un soleil éclatant.

P1220205

P1220207

P1220210

 

Juste le temps d'une petite baignade sur la très belle plage de Perros-Guirec où l'eau, glaciale au premier contact, vous enserre les chevilles mais où l'on se surprendra finalement à dire l'une de ces petites phrases à la Delerm : "Non, non elle vraiment est bonne ! ".

P1220192

P1220197

P1220145

P1220170

P1220161

 

Juste le temps de glaner des petits trésors, comme on faisait quand on était enfant : un galet poli par la mer et tout luisant, un minuscule coquillage et un brin d'algue brune.

P1220168

P1220158

 

Juste le temps d'une balade en bateau pour y voir consécutivement, dans un inventaire à la Prévert :

Le trimaran du navigateur Erwan Le Roux, vainqueur de la route du Rhum et de la transat, Jacques Vabre à l'entraînement.

P1220247

Un cormoran qui sèche ses ailes au soleil

P1220283

P1220290

Des fous de Bassan sur leur île

P1220311

P1220312

Un phoque qui pointe le bout de son museau hors de l'eau

P1220319

Et un dauphin joueur

P1220329

 

Juste le temps d'admirer toutes ces belles maisons ou petits manoirs égrennés le long de la côte, avoir un coup de coeur pour celle-ci sur un semblant d'île et que l'on imagine entourée d'eau à marée haute.

P1220361

Ou pour celles-ci au charme suranné, surplombant magnifiquement la mer.

P1220178

P1220183

Et répéter à voix haute à l'envi ces noms aux sonorités si particulière qui apportent une touche d'exotisme à l'expérience bretonne. Manoirs + îles + noms bretons = me vient immédiatement en mémoire les livres du Club des cinq d'Enyd Blyton que je lisais petite et dans lesquels Claude, Annie, François, Michel et le chien Dagobert passaient leur vacances en Bretagne à la villa des Mouettes, partaient camper sur l'île de Kernach qui appartenait à leur savant d'oncle, quand ils ne se promenaient pas dans des passages secrets du château de Kernach ou montaient au phare des tempêtes pour vivre mille aventures.

P1220174

famous five

 

Juste le temps de contempler les bateaux danser imperceptiblement au gré des remous dans le port de Trégastel, 

P1220357

Ou complètement immobiles dans celui de Ploumanach.

P1220222

P1220223

P1220224

P1220230

P1220258

Baigner dans la douceur bleutée du soir qui enveloppe le bout de l'île Grande.

P1220373

P1220381

P1220376

P1220377

 

P1220384

P1220382

 

Juste le temps de déguster quelques huitres  sur la plage du Toënno et d'acheter des artichauts cardinaux sur le marché de Trébeurden.

P1220089

P1220113

 

Juste le temps en repartant d'aller voir la chapelle de Kergrist non loin de Paimpol que je ne pouvais manquer. Adolescente, j'avais recopié et affiché cette description , extraite de Mon frère Yves de Pierre Loti, sur les murs de ma chambre et qui nourrissait mon imaginaire d'alors : "Elle est en haut de la colline, bien antique, toute rongée de mousse, toute barbue de lichens, seule toujours, fermée et mystérieuse au milieu des bois " ......" La chapelle de Kergrist, dans le pays de Goëlo, sous le ciel le plus combre, le lac d'eau marine, et au milieu, les îlots de granit, la grande bête accroupie qui dort sur une plaine grise....je revois ce lieu qui m'est apparu, il y a déjà plusieurs années, un jour d'hiver."

Pauvre Pierre Loti ! Il aurait bien du mal à reconnaître l'endroit qui a perdu son côté mystérieux au profit de l'urbanisation galopante des temps modernes. La chapelle n'est plus seule et entourée de bois mais au beau milieu de maisons construites ces cinquante dernières années. 

P1220400

 

Finalement il a fallu refermer cette parenthèse bretonne en emportant le souvenir de ces ciels toujours changeants et se dire que l' on a bien fait de donner une deuxième chance à la Bretagne !

P1220131

 

KENAVO !

Marie *

Posté par marie agapanthe à 11:15 - Commentaires [35] - Permalien [#]


25 juillet 2018

Plaque or no plaque ?

            Je vous le concède : voici un titre bien énigmatique pour un billet ! Mais patience car il ne sera dévoilé que bien plus tard. Pour l'instant nous repartons en Angleterre. Je vous ai laissé dans un jardin, nous retournerons voir de jolies maisons. Juste un tout petit aperçu d'une maison très célèbre car il s'agit de la maison natale de William Shakespeare à Stratford upon Avon et ce,  pour faire plaisir à Triskell de la ligne 13,  avant de partir pour la campagne.

P1210833

P1210835

Parce que là où j'ai vraiment envie de vous emmener aujourd'hui c'est dans le Midsommer County. Vous connaissez sûrement le célèbre inspecteur de police Tom Barnaby, héros de la série éponyme ? Et puis les villages dont le nom commencent tous ou presque  par Midsommer ? Le coin d'Angleterre qui enregistre le plus grand nombre de crimes au kilomètre carré le tout dans un décor So British  ? La série regroupe tout ce qui est emblématique de l'Angleterre rurale, tout ce qui en constitue son charme inégalé : des villages qui s'organisent autour d'un green, des petites maisons toujours très fleuries, en briques, à pans de bois ou à toits de chaume, un pub,  une église à clocher carré entourée d'un cimetière où l'on peut se promener au milieu des pierres tombales, des tea rooms, souvent un vieux bureau de poste, une très belle demeure etc..... 

Il est facile sur internet de trouver et de télécharger une carte des lieux de tournage de la série et je dois reconnaître que j'avais choisi notre point de base ( un peu au nord d'Oxford, dans la très belle région des Cotswolds ) pour sa proximité avec le Midsommer County.

De la bonne vingtaine de lieux de tournage, nous en avons visité 6 seulement ( et j'ai très envie d'y retourner pour voir les autres ). Les afficionados de la série reconnaîtront peut-être et même sûrement certains des lieux.

La balade a commencé par Dorchester-on Thames avec une profusion de maisons à toit de chaume que l'on découvre en suivant un "footpath" qui serpente au coeur du village, empruntant des semblants de petits passages secrets.

P1210891

P1210895

P1210900

P1210911

P1210917

 Deuxième halte non loin de là à Warborough, mon village préféré, nommé dans la série Badgers drift. On s'attend presque à voir sortir du pub The six bells, l'inspecteur Barnaby flanqué de son jovial acolyte le sergent Jones.

P1210922

P1210923

A moins qu'ils ne poursuivent leurs investigations dans l'une de ces adorables maisons de poupée.

P1210926

P1210927

P1210928

P1210919

P1210918

P1210920

P1210941

Ou encore qu'ils ne disputent un match sur le terrain de cricket. Bien jaune d'ailleurs ce terrain, comme l'Angleterre toute entière en cette période de vague de chaleur.

P1210942

Quell crime sinistre a bien pu se dérouler aux abords de cette église ?

P1210938

Et puis, l'inévitable cabine téléphonique !

P1210933

Nous quittons à regrets Warborough pour nous rendre à Wallingford, l'une des petites villes ( avec Thame et Henley-on-Thames ) qui a servi de lieu de tournage pour Causton, l'endroit où se situe le commissariat dans la série. Et j'ai tout de suite reconnu :

P1210944

P1210950

P1210945 

Nous reprenons la route en direction de Watlington où mairie et bibliothèque ont été utilisées :

P1210952

P1210954

P1210958 

Lewknor ensuite où l'école qui jouxte le cimetière a un toit de chaume et a servi dans plusieurs épisodes et qui a une adorable Old Post Office.

P1210962

P1210963

P1210972

P1210970

P1210971

Nous terminons la journée, bien fatiguées car il fait très chaud, par Thame ou nous prenons un cream tea bien mérité !

P1210973

P1210974

P1210978

P1210980

P1210982 

A la fin de la journée, juste l'envie de revenir voir la suite : Ewelme, Aston, Rowant, Chinnor, The Miltons, The Haseleys, Nettlebed, Moulsford, Goring, Mapledurham, Rotherfield, Greys, Brightwell Baldwin, un bon prétexte pour repartir très vite en Angleterre !

Mais ce titre mystérieux dans tout ça ? Plaque or no plaque ? Nous y venons ! Bien souvent les jolies maisons anglaises arborent une non moins jolie plaque en façade avec, soit le nom de la maison, soit le numéro, soit les deux. Depuis des années elles me font de l'oeil. Vous n'êtes peut-être pas sans savoir que j'ai fait, assez récemment, l'acquisition d'une jolie chaumière normande pour laquelle j'ai craqué à cause justement de son charme très British et je me suis dit qu'une plaque près de la porte ferait du plus bel effet et parachèverait son petit côté anglo-saxon.

C'est dans le sud, à Rye, que j'ai admiré ces plaques de céramique peintes par une artiste locale et qui ne dépareraient pas sur les maisons des villages du Midsommer.

P1210722

P1210725

P1210739

P1210735

P1210738

 P1210755

Renseignements pris à l'office de tourisme, on peut les commander directement à l'artiste moyennant une somme tout à fait raisonnable pour un travail sur mesure et personnalisé.  Alors je me demande : plaque ou pas plaque ? Chloé me dit que c'est certes joli mais que ça a un côté mémère. La mémère de 54 ans que je suis se sent prête à l'assumer le côté mémère parce qu'elle n'y voit que le côté So British, So country, So charming , So tout ce qu'elle aime mais elle veut vous demander votre avis tout de même. Craquer pour une plaque ou pas ? Ronde ou ovale ? avec quoi dessus ? juste le numéro ? Juste le nom de la maison ( au passage, j'ai baptisé la maison " La chaumière bleue " mais en transcription anglaise cela donnerait "The blue cottage" ) ? Le nom plus le numéro ? Et puis quelle illustration ? Des fleurs ? ( pas d'agapanthes car elles ne sont pas assez visibles ) Je penche pour une reproduction de la porte de la maison encadrée de glycine et de roses trémières comme ceci :

DSC_1250

                       J'attends vos avis ...

 

                                                  Have a nice summer !

                                                         MARIE *

 

Posté par marie agapanthe à 14:45 - Commentaires [38] - Permalien [#]

19 juillet 2018

Jardins anglais

                Quelques jours de vacances en commun et Chloé qui avait très envie d'un petit " road trip " en Angleterre avec sa maman, alors vite rechercher un hébergement : un peu bed and breakfast et beaucoup camping, finances oblige, faire un sac, charger la voiture avec tente, matelas, duvets, réchaud et filer sur Calais embarquer sur l'un des ferries du matin. Coupure totale, pas de connexion internet, pas de portable, une immersion totale et complète dans ce pays dans lequel je me sens si bien.

Vous épargner les visites d'Oxford et de Stratford upon Avon la ville du barde ( j'ai nommé Shakespeare ) avec leurs hordes d'adolescents venus du monde entier pour y perfectionner leur anglais et quadrillant la ville en parlant, ou plutôt en criant ( pourquoi les adolescents se sentent-ils donc obligés de crier pour communiquer ? ) tous bien fort dans toutes les langues du monde sauf l'anglais ! Trop de cohue, trop d'agitation, on s'y sent un peu perdu, mieux vaut réserver la visite de ces villes à d'autres moments de l'année quand tout ce petit monde est retourné dans son pays respectif.

 Préférer vous emmener dans deux jardins anglais complètement différents, loin des foules estivales. Avec tout d'abord un coin un peu atypique : la réserve naturelle de Dungeness, sur la côte sud du Kent, à deux encablures de l'adorable petite ville de Rye dont j'avais déjà parlé ici et où je ne me lasse pas de retourner. 

Une lande rugueuse, balayée par les vents, à la beauté âpre et sauvage. Une terre farouche et secrète qui ne se laisse pas facilement appréhender. Il faut aller loin, au bout d'un chemin pierreux pour se retrouver au milieu de cette immensité à peine ponctuée par les petites cabanes en bois goudronné et les embarcations des pêcheurs.

P1210672 P1210674

P1210704

Au début l'oeil ne perçoit rien ou presque si ce n'est une immensité indistincte de petits galets puis il s'habitue et se rend compte que ce désert qui semblait aride est en fait très fleuri. L'un de ses hôtes les plus exhubérant est le chou marin ou Crambe maritime qui s'épanouit avec volupté sur ce sol caillouteux et s'offre même le luxe d'un écrin de graminées presque couchées par les vents d'ouest.

P1210697

P1210698

P1210699

J'étais déjà venue à cet endroit mais j'avais envie de revenir y voir Prospect Cottage, la maison du cinéaste Derek Jarman, décédé trop tôt du Sida en 1994. Derek Jarman tombe amoureux de Dungeness et se porte acquéreur  dans les années 80 d'une ancienne maison de pêcheur qu'il rénove au gré de ses visites. C'est dans la désolation de ce paysage qu'il crée un jardin sans aucune délimitation avec la lande qui entoure la maison. Ses efforts pour y faire pousser des plantes reflètent le combat qu'il mène contre la maladie et jardiner devient sa thérapie.

Il est facile de trouver Prospect Cottage, reconnaissable entre tous grâce à ses encadrements de fenêtre peints en jaune.

P1210676

P1210678

P1210682

 

P1210695

 Un poème de John Donne ( Poète anglais, chef de file de la poésie métaphysique 1572 -1631 ),  dont voici la traduction, recouvre le mur méridional du cottage  : 

Le soleil à son lever   Vieux sot empressé, Soleil fougueux, Pourquoi viens-tu, Par fenêtres et tentures nous quérir ? Saisons d'amants sont-elles à ta courbe attelées ? Petit pédant effronté, va donc gronder  Ecoliers attardés et apprentis ronchons,  Prévenir les piqueurs, que le Roi veut chasser,  Et rappeler aux fourmis des campagnes que la moisson attend ; L'amour, cela dit, ne connaît ni climat ni saison Ni heure ni jour ni mois, lesquels ne sont qu'oripeaux du temps. Soleil, ton bonheur n'est rien face au nôtre De voir ici le monde en raccourcis, Ton grand âge réclame du repos et, puisque ton devoir  Est de chauffer ce monde, il est rempli en nous chauffant, Brille donc pour nous, et tu règneras partout ; Que cette couche soit ton axe et ces murs ta sphère.

P1210681

P1210706 

Le caractère minéral du jardin est intensifié par les cercles de pierre disposés ça et là , sensant rappeler dolmens et cromlechs des temps immémoriaux. Et puis beaucoup de bois flotté, de pieux rouillés, une épave de bateau qui, tous, contribuent à accroître sa beauté singulière.

P1210690

P1210700

P1210705

P1210692

propsect 5

propsect 3 prospect 4

propsect 6

(Dernière photo issue du net )

La fulgurance des couleurs dans ce lieu inhospitalier surprend. Les jaunes explosent, les violets , les roses et les oranges claquent. La flore est somme toute beaucoup plus variée qu'on ne pourrait au premier abord le penser. 

P1210685

P1210701

prospect 1

 (Dernière photo issue du net)

Non loin de la maison, un phare bien sombre veille aux destinées de ce bout de terre et le soir la centrale nucléaire ( qui doit heureusement définitivement fermer dans une dizaine d'années ) scintille à l'horizon.

P1210707

 

Le livre de Derek Jarman " Un dernier jardin ", est l'un de mes livres de chevet depuis longtemps déjà. Il compte l'histoire de ce jardin, ultime oeuvre de ce metteur en scène de la nature et véritable hymne à la vie. Une prose sensible et intelligente , très esthétique pour célébrer ce lieu étrange et merveilleux.

P1220015

P1220021

P1220022

 

Derek Jarman plébiscitait les "jardins sauvages " en opposition aux jardins trop manucurés qu'il nous est parfois donné de voir. Transition parfaite pour vous emmener dans un deuxième jardin, celui de Great Dixter, conçu par le jardinier-paysagiste Christopher Lloyd qui se situe dans l'East Sussex. Une maison du 15 ème siècle, couplée à une maison du 16ème siècle avec une extension réalisée en 1910-1912 par le célèbre architecte Edwin Luytens.

P1210761

P1210763

P1210769

Great Dixter est l'exemple du jardin anglais poussé à l'extrème avec une profusion de fleurs et de plantes savamment associées pour offrir aux promeneurs un tableau digne d'un peintre impressioniste. Cette opulence végétale semble très naturelle mais elle est indéniablement maitrisée par les mains expertes du jardinier qui l'a conçue. Sur les bords des allées, les fameuses "mixed borders" dont je cherche à percer le secret.

P1210766

P1210768

J'ai aimé sur cette terrasse l'accumulation des pots. Une idée à retenir.

P1210770

Admirer la toiture du majestueux séchoir à houblon, très courant dans cette partie de l'Angleterre.

P1210774

P1210785

Et puis un délicieux fouillis où les plantes semblent pousser de la manière la plus naturelle qui soit.

P1210776

P1210778

Le "sunken garden " s'organise autour d'un bassin octogonal.

P1210780

La maison est visible de tous les côtés du jardin mais paraît chaque fois bien différente avec des ambiances de couleur changeantes.

P1210788

P1210795

P1210797

P1210800

P1210801 

 

La magie des beaux jardins opère toujours sur moi et je repars toujours de ces visites avec la tête pleine d'envies et d'idées pour mon petit jardin, beaucoup plus modeste toutefois et dans lequel il y aurait beaucoup de travail pour obtenir un résultat digne d'intérêt !

                                     La suite du voyage très bientôt .........

                                                       ENJOY

                                                                               MARIE *

Posté par marie agapanthe à 10:05 - Commentaires [27] - Permalien [#]

23 juin 2018

Les sirènes de l'été

            Comme le temps file ! A peine ai-je fini d'écrire mon dernier billet que plus d'un mois s'est écoulé sans que je m'en rende compte. Un mois sur lequel je n'aurais pas grand chose d'intéressant à vous raconter car je l'ai, pour ainsi dire, passé.... au travail.

            Et puis l'été, tant attendu, est enfin arrivé ! Alors pour le fêter je vous convie à un concours peu ordinaire que seuls nos voisins britanniques  bien connus pour leur excentricité sont capables d'organiser : un concours de sirènes . Oui, vous avez bien lu : sirène comme la petite sirène du conte écrit par Hans Christian Andersen. Une fille ornée d'une longue chevelure et pourvue d'une queue de poisson. Mi-femme, mi- animal, un personnage de légende qui fait rêver. Celle qui contemple indéfiniment les flots de la Baltique dans le port de Copenhague.

 

The-Little-Mermaid

 

 Cela se passait il y a deux ans, juste de l'autre côté de la Manche, à Brighton et j'étais arrivée tout à fait par hasard à la fin de ce concours, lors de la remise des prix. Amateurs de bon goût s'abstenir, ce billet n'est pas pour vous ! 

P1012312

P1012303 P1012306

P1012311 P1012313

P1012310 

Coquillages, sequins, perles et fanfreluches, les concurrentes avaient laissé libre cours à leur imagination faisant parfois preuve d'un goût douteux ( je vous évite les pires photos ! ). Mais le jury avait finalement tranché et la dame dans la brouette ( normal, une sirène ne peut pas marcher ! ) s'était vu remettre la distinction de Queen Mermaid ( Reine des Sirènes en anglais ) et la jeune femme à l'exubérante chevelure auburn avait, elle aussi, reçu son trophée à l'effigie d'un crabe ainsi qu'une couronne.

Mais point de sirène sans prince . Voici l'heureux gagnant du côté masculin, un prince au look de corsaire qui fait bien la paire avec la jolie sirène à la longue chevelure.

P1012316

A moins que vous ne préfériez le King Prawn ou roi des crevettes. Une chose est certaine : les anglais, en plus de n'avoir pas peur du ridicule, savent s'amuser !

P1012309

 

Ces quelques photos sont faites pour sourire, mais aussi pour se dire qu'en été on peut être plus léger, laisser de côté les tracas de la vie quotidienne, s'aventurer sur des chemins inconnus, découvrir de nouveaux espaces , aller à la rencontre des autres , prendre du bon temps , lâcher prise et S'AMUSER !

Et s'il n'y a pas de concours de sirènes près de chez vous ( Je veux voir les photos ! ) , vous pouvez toujours relire ce joli conte.

mermaid 1

  

 

Passez un très bel été !

Marie *

 

Posté par marie agapanthe à 09:46 - Commentaires [24] - Permalien [#]

13 mai 2018

Cette petite touche jaune

         Pour la première fois depuis longtemps je vous propose un billet entièrement dédié à la déco pour vous parler du JAUNE. A la base, je n'aime pas franchement le jaune et pourtant..... Il y a eu, il y a bien des années, la découverte de la salle à manger toute jaune du peintre Claude Monet dans sa maison de Giverny. Par la suite,  il y a eu une cuisine entièrement jaune dans un appartement de centre-ville dont chaque pièce était très colorée. Puis mes goûts ont évolué et se sont dirigés vers des teintes plus neutres. A la chaumière bleue, les pièces se font petit à petit et je m'aperçois qu'il y a souvent des petites touches de jaune dans des ambiances plus modernes que celles que j'ai pu créer jusqu'alors. Le ton est donné dès l'entrée avec cette couronne éphémère réalisée avec les fleurs du Mahonia du jardin.

P1210364

Dans l'une des chambre, trois murs sont en gris poudré, le quatrième est revêtu de l'emblématique papier peint Woods and Stars de chez Cole and Son et représente une forêt un peu enchantée parsemée d'étoiles scintillantes. Ce papier peint se décline en sept teintes et j'ai longtemps hésité avant de retenir le fond charbon. 

P1210312 P1210316 

Le lit est placé sous la pente du toit du côté du velux. La première touche de jaune est de taille : c'est un jeté de lit en lin lavé couleur curry qui apporte beaucoup de luminosité. 

P1210429

P1210430

P1210314

Des coussins de toute taille pour le confort : petit coussin étoilé de chez" Bord de Scène", coussin Petit Chaperon Rouge de "Du gris dans les étoiles". Impossible par contre de me rappeler d'où vient le coussin Sommeil.

P1210292 

P1210300

De l'autre côté de la chambre, un siège Lafuma XL jaune lui aussi apporte une touche chaleureuse tout près d'une huile représentant Chloé quand elle était petite peinte par la talentueuse Elisabeth Besnier.

P1210295

P1210296 P1210309

Et puis la jolie étoile de De tuinkamer.

P1210285

Une guirlande de fanions repose sur un petit rideau en drap ancien et dans un coin, un mannequin d'enfant.

P1210310

P1210299 P1210298

Un porte-clé confectionné par mon amie Soupières et vieilles dentelles et des boules en papier pour donner un côté un peu festif.

P1210297 P1210291

A gauche du lit, des lectures très inspirantes dans une vieille cagette de fruits, une pile de petites valises ( l'une d'elle provient de la petite brocante Guignol et Blanche ) ainsi qu'un panier sur un vieux tabouret et puis les jolies boules jaunes du craspedia parce qu'il m'est impossible d'envisager des intérieurs sans fleurs.

P1210286

P1210315

P1210290 

Des jolis flacons ambrés posés sur un petit meuble à classeur déniché dans la brocanteVilla Saint Ange , très pratique pour ranger tous les livres de chevet, une boite ronde Sostrene Grene pour ranger mille petits trésors et un sachet étoilé Par un beau matin d'hiver

P1210422

P1210305

P1210557

P1210301

Le soir, la chambre est un petit cocon douillet très confortable.

P1210419

P1210420 P1210426

Les jeux d'ombre et de lumière créent de magnifiques tableaux dont il est impossible de se lasser.

P1210425

IMG_20180118_230910_828

Finalement, quand les journées sont grises, comme souvent et comme aujourd'hui, le JAUNE apporte un peu de gaieté, de lumière et de chaleur dans la déco ce qui est bien utile pour notre moral !

Vous reprendrez bien encore un peu de  JAUNE  ? Pour clore  ce billet je vous propose donc un petit bouquet de mahonia dans une autre chambre de la chaumière qui sera peut-être le sujet d'un autre billet ....

P1210347

P1210350

P1210348

P1210564

 

 

                                            Et vous ? Mettez-vous des touches de JAUNE dans votre déco ?

                                                                                        A bientôt,

                                                                                            M A R I E *

Posté par marie agapanthe à 12:29 - Commentaires [37] - Permalien [#]


09 avril 2018

Les chemins de la mémoire

     Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je l'ai trouvé interminable cet hiver. Triste, gris, maussade, pluvieux, froid et je pourrais en rajouter encore des qualificatifs! Sur son joli blog principalement consacré à son jardin Catherine nous livre dans son billet du 3 avril un relevé des températures et de la pluviométrie de ce mois de mars comparé aux années précédentes. On apprend donc que chez elle en Bretagne, les températures sont allées de moins 3.9 ( déjà beaucoup plus bas en Normandie ) à plus14,3 avec une pluviométrie de 119 mm. Par comparaison, l'an dernier les températures se sont échelonnées de moins 1,1 à plus 20,7 avec une pluviométrie de seulement 62 mm et du soleil. Sans parler des petits 26 mm de pluie relevés en mars 2015. Bref, ce n'est pas qu'une simple impression, nous avons eu beaucoup de pluie, beaucoup de nuages, du gel et pas de lumière du tout.

Dans de telles conditions, il était indispensable de se trouver des activités à l'intérieur. Pour moi cela fut un grand mois de lecture. Bien au chaud, au coin du feu, quand la neige tombait doucement sur la chaumière bleue.

IMG_20180319_085451_294 DSC_1020

DSC_1018 DSC_1019 DSC_1017 DSC_1011

Quiétude ouatée des petits matins où malgré l'absence de soleil on est presque ébloui par tant de blancheur. Nul bruit ne vient troubler ces instants paisibles si ce n'est le crissement de vos pieds sur cette couverture cotonneuse jetée en travers du jardin. De mes nombreuses lectures, celles que je retiendrai le plus sont celles qui m'ont entrainée sur les chemins de la mémoire. Ceux qui s'enfoncent dans le méandres de nos histoires personnelles et qui ressemblent tant aux chemins forestiers tout de blanc revêtus.

DSC_1025

DSC_1031 DSC_1029 

Le premier de ces livres, trouvé complètement par hasard, porte le titre prémonitoire de Madeleine Project. Je l'ai lu pendant ces journées où les rares rayons de soleil transformaient l'intérieur de la chaumière en tableau flamand.

P1210317

P1210047

Madeleine Project est un livre atypique de part sa forme déja. Bien ancré dans le réel car il s'agit d'une histoire vraie, il est aussi un feuilleton, une enquête photographique, un jeu du hasard, un puzzle aux milliers de pièces disparates, un reportage composé d'une multitude de petites madeleines qui forment le corps de ce récit journalistique.

En 2015, la journaliste Clara Beaudoux, emménage dans un appartement parisien dont la cave a été abandonnée en l'état. L'ancienne occupante est décédée depuis un an, elle s'appelait Madeleine ( cela ne s'invente pas ) et le seul héritier n'est pas intéréssé par ce que la cave contient. Cartons, boites, valises, photos, documents, lettres, souvenirs, toute la vie de Madeleine surgit du passé. Clara Beaudoux pioche au hasard, recherche, enquête avec minutie sur la vie de cette inconnue, remonte le fil du temps, retrouve certains des acteurs de sa vie pour qu'elle échappe à l'oubli puis publie chaque jour ou presque sur Twitter en 140 caractères maximum le fruit de l'avancée de ses recherches. Forme narrative particulière s'il en est, peut-on d'ailleurs réellement parler de forme littéraire ? En tous les cas, ce livre tient en haleine de la première à la dernière page. Et grâce aux réseaux sociaux le projet devient participatif.

P1210343

P1210344

Clara tient un journal de bord de son enquête et les questions se multiplient; A t'elle le droit de dévoiler ainsi la vie de Madeleine ? Pourquoi s'intéresse t'elle tant à cette inconnue ? Comment était Madeleine ? A quoi ressemblait sa voix ? Ainsi se noue un dialogue entre ces deux femmes que seul un appartement relie.

Madeleine Project est très émouvant à lire et pose la question de toutes ces vies minuscules vouées à l'oubli collectif. Thème cher à mon coeur, moi qui garde précieusement toutes les traces du passé, photos et souvenirs. Il était donc totalement approprié que j'accompagne ma lecture de la dégustation des madeleines au citron de mon enfance ( recette sur mon blog ici ) avec la photo de Chloé à 6 ans avec sa maman en train de jouer à la pâtissière dans les cuisines d'une maison que nous visitions au Pays de Galles , une petite madeleine bien à moi.

P1210322

P1210325

 

Le deuxième livre est un cadeau reçu pour mon anniversaire et j'en suis heureuse car je ne l'aurais sans doute pas acheté toute seule. Il s'agit des Rêveurs écrit par Isabelle Carré. L'actrice emprunte les chemins de sa mémoire pour nous conter son histoire personnelle et familiale à commencer par celle de sa mère, rejetée par sa famille à la suite d'une grossesse qui fait tâche dans la bonne société. Puis les années d'enfance dans une famille bohême jusqu'à l'éclatement provoqué par la révélation de l'homosexualité du père. Les difficultés à vivre, les envies suicidaires, l'hospitalisation puis la salvation qui passe par le théâtre. Un chemin décrit avec une délicatesse inouïe, une justesse incroyable et beaucoup de poésie . On vibre à la lecture de ce livre. Fêlures et blessures de l'enfance, perte de l'insouciance, le douloureux passage à l'adolescence à l'heure où les adultes luttent eux mêmes pour leur survie. "Qu'est-ce qui cloche ? Qu'est-ce qui a tout fait déraper ? Ils n'ont pas toujours été si fragiles. Leur monde n'a pas pu chavirer comme ça, du jour au lendemain, sans signe avant-coureur. Qu'est-ce qu'on n' a pas voulu comprendre, su détecter ? Tout est opaque, impossible d'y voir clair. Comme si un charme s'était emparé de toute la maison, qu'un mauvais génie leur avait jeté de la poudre aux yeux pour endormir leurs esprits et leur clairvoyance. Oui, on dirait qu'ils dormaient. Dans le conte, il n'y a pas que la Belle au Bois dormant qui s'évanouit, le château entier et tous les habitants du royaume sont plongés avec elle dans un profond sommeil qui les paralyse."

P1210320

 

Hormis ces moments de lecture intenses, il y a eu le plaisir de ces après-midi où l'on reçoit la visite d'une amie. Organiser un petit coin de printemps sur la table sans doute pour l'inciter à s'installer pour de bon. Comme chaque année, la vue des clochettes mauves des muscaris m'enchante. Les crocus plantés dans la vieille soupière crême se sont ouverts pour l'occasion.

P1210220

P1210193

P1210049 

Retrouver dans le vieux carnet de cuisine qu'on avait commencé quand on avait 16 ans, la recette du très British Sultana Cake, presque 500 grammes de raisins secs dans la pâte !

P1210237

Se dire qu'il sera parfait avec la confiture d'oranges maison offerte par ma presque voisine @numero112 et le présenter sur une assiette en terre de fer chinée il y a fort longtemps elle aussi. Je suis décidément entourée d'objets de mémoire.

P1210241

P1210242

 

confi

P1210260

Mariage cake / confiture d'orange parfait !

Entre deux lectures, j'ai aussi voulu mettre à l'honneur les dessins d'herbes folles de papillonage  que j'ai commencé à reproduire en partie sur un bout de toile bise. J'admire le travail de Sibylle qui nous entraîne dans son univers très délicat, follement poétique, avec des textes, des photos un peu voilées, et des dessins qui se déclinent en cartes, accordéons de papier, calendriers, livres cousu main que l'on peut retrouver ici, des petits trésors à collectionner, à disséminer dans la maison, à contempler, à feuilleter, des petits condensés de douceur avec une pointe de nostalgie et qui sont des invitations au rêve. Ses créations portent les jolis noms de L'inclinaison, Evidemment, Ce jour-là, Nos belles heures, Caresse, Tellement, Je voudrais toujours .... et le dessin que j'ai brodé en fil mordoré et auquel j'ai rajouté des feuillages se nomme Brindilles . ( Je remercie d'ailleurs Sibylle pour l'autorisation qu'elle m'a accordée de  vous présenter cette quasi reproduction de l'une de ses oeuvres ). 

P1210340

P1210333

"Chuchote moi un souvenir" n'est ce pas là une autre et délicieuse manière de se retrouver sur les chemins de la mémoire ?

P1210329

P1210331

P1210335

P1210336

P1210337

 

Ce mois de Mars s'est cloturé par le week-end de Pâques. Pour le fêter ce printemps qui semblait vouloir enfin pointer le bout de son nez j'ai ramené des brassées de fleurs du jardin tout d'abord disposées sur la table pour en faire un tableau éphémère puis réunies dans un pichet blanc.

P1210262

P1210263

P1210264

P1210266

P1210269

 

Et point de fête sans  jolie table et sans gâteau ( ce ne sera guère que le troisième de ce billet ! ), un Bundt Cake chocolat au lait noisette, (recette  de base trouvée sur internet) en forme de nid de Pâques. Complètement de saison !

P1210276

P1210281

P1210282

P1210278

 

Ce fut un billet plutôt long mais je ne viens pas très souvent par ici et j'avais donc pas ml de choses à vous dire ! En espérant que nous avons bel et bien laissé les frimas derrière nous et que nous profiterons bientôt de belles journées. Je vous retrouve bientôt pour un nouveau billet déco.

 

                                                  WELCOME SPRING

                                                                MARIE *

Posté par marie agapanthe à 12:03 - Commentaires [33] - Permalien [#]

08 mars 2018

Ma petite escapade lilloise

      Fin février. J'avais bien choisi le moment ! Les journées les plus froides de l'année ! Des petits matins où le thermomètre ne dépassait pas les moins sept ! Des journées à ne pas risquer le bout de son nez dehors et à rester bien au chaud à lire un livre et à boire un thé brûlant. C'étaient pourtant bel et bien celles-ci que j'avais choisies pour aller rendre une petite visite à Florence dans sa très belle ville de Lille que j'avais découverte il y a bientôt deux ans (voir ici ).

     C'est donc emmitouflées dans des pulls bien chauds, équipées d'un bonnet, de gants et d'une écharpe que nous sommes parties pour une virée shopping dans les rues de la vieille ville.

IMG_20180228_095122_323

DSC_0988

L'eau du quai de Wault est gelée et sert de patinoire aux oiseaux qui ont l'air d'avoir moins froid que nous. Nous ne resterons pas longtemps pour les admirer. Malgré le grand soleil, il faut bouger pour ne pas être transies de froid.

P1210067

P1210070

P1210071

P1210072

 

Lille se dévoile sous un ciel intensément bleu.  Je retrouve avec un plaisir non dissimulé la Grand place , la silhouette élancée du beffroi, la vieille bourse, le charme de ses belles façades, souvent colorées, souvent ornementées, parfois joliment découpées à la manière hollandaise et les petites rues pavées.

P1210054

P1210074 P1210133

P1210075

P1210129

P1210110

P1210113

P1210114 P1210118

P1210119

  

A l'heure du déjeuner nous faisons une halte chez Chicon pressé, un joli restaurant au concept novateur : On se sert parmi le choix de salades et plats chauds, puis on paye au poids. La tentation est grande de goûter un peu à tout ( ce que j'ai fait ). Tout est frais, de saison et fait maison bien entendu : délicieux coleslaw, salade de quinoa et de lentilles agrémentée de mâche et de noix, parmentier de carottes au canard confit, pâtes aux légumes racine, tartes salées, soupe bien chaude et desserts très appétissants.

P1210104 P1210105

P1210106

P1210084

P1210085

 

P1210101

P1210094 

 Il faut arriver tôt car la petite salle se remplit vite. J'aime l'ambiance  simple, jeune, moderne, nature, la grande table en bois avec l'arbre qui la traverse, le papier à motif végétal, les teintes douces, les couverts mis à disposition dans des boites de conserve, les assiettes dépareillées. C'est une adresse idéale pour les pauses déjeuner.

P1210091

P1210090

P1210089

P1210099

P1210100 

 Pour le dessert nous prenons une délicieuse tarte aux noix de pécan. C'est une première pour moi et une belle découverte gustative qui me donne instantanément l'envie de chercher la recette et d'en faire une moi même.

P1210095 

 

La balade shopping se poursuit et nous entrons pour nous réchauffer et aussi pour le plaisir des yeux dans tous les magasins de déco du centre-ville ! Mais il y en a un où j'ai des achats prévus. C'est Sostrene Grene le magasin danois. Ici aussi les teintes sont douces: rose poudré, vert amande, bleu glacier. Ce que je préfère c'est le rayon papeterie. Cahiers, bloc-notes, crayons, boites ......... je craque toujours sur la jolie papeterie ( comme chez Hema ) . Florence quant à elle, ne résiste pas longtemps devant les pelotes de laine alignées comme des crayons de couleur dans leur boîte. Il faut dire qu'elle est devenue serial tricoteuse ! Et moi, j'achète ce pourquoi j'étais venue.  Mais quoi donc ? Promis, je vous montre à la fin de ce billet .

P1210078

P1210081

Passage devant la boutique du merveilleux, la jolie meringue gourmande que l'on confectionne sous vos yeux .

P1210115

P1210117 

 

Décidément, il fait bien trop froid. Une bonne excuse pour faire une seconde pause et aller déguster un chocolat viennois dans cette institution lilloise : Meert. 

P1210134

P1210139

P1210148

 J'aime ces ambiances surannées et fin de siècle, cette douceur de vivre, ce temps qui s'étire lentement et j'admire le lustre majestueux qui joue avec son reflet dans le grand miroir qui domine le salon de thé.

P1210145 P1210146

 

 

 Nous ne trainons pas beaucoup plus longtemps dans les rues de la ville et rentrons nous mettre au chaud dans le très bel appartement de Florence que je retrouve avec plaisir.  Sobre, classe, élégant, épuré et confortable, nous y profitons des derniers rayons de soleil de la journée, parlons de tout et de rien, des amies, de nos lectures, de la vie tout simplement et aussi beaucoup de jardinage car il sera au programme du jour suivant.

P1210162

P1210163 P1210063

P1210172 P1210177

P1210167

Le lendemain matin il fait toujours aussi froid . Cette fois-ci nous quittons Lille direction Floralux en Belgique. 2500 mètres carrés dédiés à la déco et aux plantes (j'en avais déjà parlé ici ). Ce n'est pas encore le printemps mais j'ai des envies de jolies fleurs pour mon jardin. 

Là aussi les tentations sont multiples !

DSC_0983

DSC_0981

Mais c'est le coffre de la voiture rempli de plantes choisies grâce aux conseils avisés de Florence que j'en repartirai.

DSC_0984

*****************************

De retour à la maison, je contemple mon butin aux noms chargés de promesses fleuries et qui chantent à mes oreilles : Alchemilla mollis, Verbena bonariensis, Brunnera macrophylla, Astrantia major, Gaura lindheimeri.........il y a des fleurettes blanches, des fleurettes bleues,   de microscopiques pousses, une plante qui sent le curry et dont j'ignore le nom, du romarin et une boule de buis à laquelle je n'ai pas su résister malgré le risque qu'elle se retrouve dévorée par la pyrale du buis. Dois-je vous préciser maintenant que je suis complètement ignare dans l'art du jardinage ? Que j'aime follement les beaux jardins mais que je n'y connais rien aux plantes?  Que je ne sais pas où et quand il faut les planter et  comment les associer ? Vous comprendrez alors aisément que j'ai des doutes sur ma capacité à transformer mon bout de terrain en jardin de charme. Mais il faut bien se lancer un jour !

P1210180 P1210181

P1210257 

Le buis prend naturellement place devant la maison et je commence à me pencher sur des livres pour tenter de décrypter les mystères de l'organisation et de l'agencement d'un beau jardin. Les plantes attendent patiemment à l'abri un temps meilleur pour être plantées et moi j'attends les conseils avisés des jardinières plus expérimentées que moi ( Florence la première ) pour ne pas faire de bêtises !

P1210198

P1210201

P1210258

************************ 

Mais rappelez-vous, j'avais dit que j'avais effectué à Lille, en plus des plantes,  un achat bien précis. Le voici : un teepee pour petit Ferdinand qui lui servira de cabane à jouer, à se cacher ou à rêver.  Un dilemme s'offre à moi : dois-je la lui offrir pour qu'il puisse l'avoir chez lui ou est-ce que je le garde à la maison pour quand il viendra en vacances ? Chloé penche pour la deuxième solution, elle me dit qu'ainsi cela profitera à tous les autres petits-enfants que j'aurai. Ma décision n'est pas encore tout à fait prise.

 

P1210250

 

Et pour finir, je vous avais parlé d'une délicieuse tarte aux noix de pécan dégustée à Lille. Avec l'aide précieuse de monsieur Google, j'ai fait un comparatif des recettes trouvées sur internet et j'en ai réalisé une. Essai validé ! Voici le résultat :

P1210212

 

Je vous livre le secret de fabrication :

1. Faire une pâte sablée avec 250 grammes de farine, 125 grammes de beurre, 50 grammes de sucre glace, 1 jaune d'oeuf et un peu d'eau froide.

2. Faire cuire une quinzaine de minutes à blanc.

3. Pour la garniture, mélanger 250 ml de golden syrup ( le golden syrup se trouve dans les magasins qui vendent des produits anglais . je l'ai trouvé au rayon étranger de mon supermarché local ) , 250ml de vergeoise blonde, 4 oeufs, 4 cuillerées à soupe de beurre fondu, une cuillère à soupe de maïzena ( si l'on veut une consistance de flan ), un peu de vanille liquide, une demi- tasse de noix de pécan concassées .

4. Mettre la garniture sur le fond de tarte. Disposer avec précautions des demi noix de pécan sur le dessus. Faire cuire au moins 45 minutes à 200 degrés.

                              Enjoy !

                                                                                                     MARIE *

 

Posté par marie agapanthe à 17:05 - Commentaires [29] - Permalien [#]

10 janvier 2018

Les Habits neufs

                Je l'attendais ce petit rayon de soleil pour écrire mon premier billet de janvier ! Une incursion timide dans un ciel désespérément gris et plombé depuis des semaines. Une jolie lumière venue enfin égayer les maisons endormies. J'ai posé mon ordi portable sur la grande table en bois brut avec la ferme intention de profiter de ce moment qui ne durerait sans doute pas. J'avais des blogs à visiter, des courriers en attente, une petite évasion virtuelle à m'offrir. Les dernières décorations de Noël patienteraient bien encore un peu avant d'être soigneusement rangées en attendant d'être ressorties l'année prochaine. 

P1210017

P1210016

P1210021

  En plus, il était si agréable de profiter du parfum des jacinthes épanouies  ! 

P1210019

P1200976 

 Le soleil s'attardant un peu, j'ai attrapé mon appareil photo pour tenter de capturer la jolie lumière qui s'était furtivement déposée sur les objets, les revêtant d'un habit tout neuf et très gai qui me permettait de les voir avec un regard différent.

P1200982

P1200986

P1200987

P1200990

P1200995

P1200997 

Ce qui m'a fait penser à la nouvelle année.

Chaque Premier de l'an est comme un jalon sur notre route, un moment de pause  où l'on retient son souffle juste ce qu'il faut et où l'on se prend à espérer que ce qui nous attend sera meilleur que ce que nous avons vécu jusque là. Il nous donne l'occasion de nous débarasser de nos vieux oripeaux pour revêtir des habits tout neufs et nous aide à repartir du bon pied. Il y a ceux qui saisissent l'occasion pour prendre de nouvelles résolutions et puis il y a tous ces voeux que l'on s'échange, ces souhaits que la santé sera bonne, tout comme la fortune, la réussite ou l'amour. Impulsion nouvelle ou coup pouce du destin, en tous les cas, cela ne peut pas faire de mal !

 P1210022

C'est aussi un moment où l'on pense aux autres, à ceux qui comptent. Voilà pourquoi j'ai capturé ce joli moment et j'en ai fait une carte de voeux pour vous. Dans l'année à venir, nous aurons tous des moments heureux et des moments plus difficiles à vivre, mais quoi qu'il arrive, puissions-nous toujours garder en nous le don de nous enthousiasmer, de nous émouvoir, de nous émerveiller, de sourire, l'envie d'aller de l'avant, de découvrir, de rêver, de construire, de créer, d'aller à la rencontre des autres, loin du cynisme, du pessimisme, du négatif et de la morosité ambiante. Inventons-nous la meilleure année 2018 possible !

P1210026

 

  

                                                   A  HAPPY  2018  TO  YOU !

 

                                          MARIE *

Posté par marie agapanthe à 18:30 - Commentaires [43] - Permalien [#]

30 décembre 2017

Esprit es-tu là ?

            Le temps de Noël c'est celui de l'attente, de l'anticipation, celui où l'on se souvient des Noëls d'enfance pétris d'émerveillement et d'insouciance. Les boules multicolores et les guirlandes brillantes que l'on accrochait au sapin. Les papiers cadeaux que l'on arrachait presque pour découvrir le jouet tant convoité. Ce sentiment de chaleur et de sécurité absolue.  L'ESPRIT DE NOEL c'est retrouver ce qui faisait l'enchantement de votre âme d'enfant, garder le merveilleux, le créer, le recréer, se l'offrir et l'offrir à ceux que vous aimez. 

      Pas de Noël sans sapin. Celui-ci a soigneusement été choisi et touche presque le plafond de la petite chaumière. Les boules colorées ont depuis longtemps été délaissées pour des ornements plus simples. Quelques bulles de verre, une couronne de feuilles dorées, une boule en dentelle de Baucis et Philémon , un petit tambour danois, une couronne vert mousse  Hello Fred  et la carte ornée d'un sapin de Soupières et vieilles dentelles. Les années se suivent et se ressemblent, mes sapins sont verts, argent, blanc et naturels.

P1200796

P1200819 P1200812

P1200813 P1200814

P1200820 P1200810 

Non loin du sapin, la grande branche évoque la forêt en hiver et ses paysages un peu mystérieux tout de blanc revêtus.

P1200841 

       Les paquets trouvés dans la boite aux lettres ont été déposés sur la grande table en bois brut. En attendant de les ouvrir, se faire plaisir en écoutant les crooners , Frank Sinatra, Bing Crosby, Dean Martin et autres reprendre les chants de saison .  Les jolis moutons anciens chinés au fil des ans ont été placés dans les cases d'un vieux tiroir. Les bulbes de perce-neige commencent à pointer le bout de leur nez dans la soupière crème. Une bougie distille sa senteur subtile de fleur d'oranger. On peut prendre le temps de savourer les délicieuses bouchées aux amandes de La ligne 13 tout en buvant un thé très chaud avec le sentiment de la tâche accomplie. A cet instant précis, on se sent vraiment bien !

P1200828

P1200797 P1200803

P1200831 P1200806

P1200799

P1200815 

Harmonie de blanc et de vert sur l'appui de la fenêtre, mini araucaria, bougies, lune, clochette, chaussette fait main par Morgane, et toujours l'évocation de la nature.

P1200821 P1200822

P1200824 

De bonnes odeurs se dégagent de la cuisine, vanille, épices, rhum, chocolat, orange.... Les sablés, le pain d'épices, le cake aux fruits confits, les fruits déguisés et autres rejoindront le buffet des délices dressé comme chaque année. A la fin du repas, nous dégusterons la bûche aux marrons confectionnée par Chloé qui a de véritables talents de pâtissière.

P1200844

P1200845

P1200834

P1200876 

P1200908

Déployer la grande nappe blanche sur la table, puis choisir des assiettes très festives. On est précédemment allé faire un tour au jardin armé d'un sécateur pour y couper les branches qui formeront le centre de table. Y disposer ça et là des petits sapins enneigés ainsi que des photophores blancs.

P1200839

P1200846

P1200847

P1200848

P1200849

P1200852

P1200859

Et puis bien sûr des petites lumières un peu partout. Dans les branches de houx, sur la grille du tamis, sur la table.

P1200855

P1200856

L'ESPRIT DE NOEL s'est confortablement installé devant la cheminée.

P1200865

Dehors , une lanterne, des bougies,  une pancarte ( dont j'assume complètement le côté très kitch ) et des hellébores accueilleront les visiteurs qui ne vont pas tarder à arriver.

P1200866

Une dernière photo. Tout est prêt. La soirée peut commencer.

P1200877

*******************

Le lendemain matin, le 25, c'est le moment tant attendu. Comme par magie, les cadeaux se sont amoncelés au pied du sapin. Instant très joyeux où on les ouvre chacun son tour, et où l'on découvre les jolies surprises imaginées par les uns et les autres. Une fois encore le Père Noël a été généreux. Vient ensuite ma petite tradition à moi : le petit déjeuner de Noël avec un Pandoro recouvert de sucre glace et de la marmelade d'orange au chocolat. Les trois mugs sur la table sont ceux des trois enfants Camille, Vivien et Chloé même si il en manque un cette année encore. Je croise les doigts pour l'an prochain.....

P1200918

P1200920

P1200924

Et voilà. Le Noël tant attendu est déjà fini. Il aura été doux, simple et chaleureux et tout à fait comme je l'avais imaginé.

P1200945

                          Nous nous retrouverons dans quelques jours et ce sera une nouvelle année.

                                                                         JOY

                                                                                MARIE *

PS : Message personnel à la personne qui laisse des commentaires sous le nom Ane audaim et fils. J'essaye à chaque fois de te répondre mais l'adresse mail n'est pas valide.

Posté par marie agapanthe à 09:20 - Commentaires [29] - Permalien [#]

19 novembre 2017

Des étoiles plein les yeux

                      Ce week-end j'avais rendez-vous avec deux magiciennes. De celles qui saupoudrent votre quotidien d'une poudre féérique et vous mettent des étoiles plein les yeux. Qui suspendent le temps et vous enveloppent dans un nuage de rêve. 

La première Rêves d'argile avait délaissé sa chère Provence pour venir nous présenter ses créations dans un écrin lui aussi de rêve, celui de Chantal au "Par hasard ou pas" sa toute nouvelle chambre d'hôtes de charme dans la campagne Normande.

P1200527 DSC_0626

P1200528

Cette photo du "Par hasard ou pas" date du mois de juin, j'ai malencontreusement oublié d'en faire une de l'extérieur et de jour cette fois-ci.

Une table est dressée. Mi -automne avec les bogues de châtaignes et l'épais tapis de feuilles sous la table. Mi-fêtes de fin d'année avec les bougies, les guirlandes lumineuses qui courent entre les verres et les assiettes ainsi que le mini araucaria en guise de sapin de Noël.

P1200520

P1200540

P1200554

P1200563

P1200553 

P1200529

P1200541 

L'endroit , une dépendance de la maison principale, est idéal, très sobre, très naturel simplement égayé par des guirlandes de fanions en tissu et par des nasses suspendues au plafond.

P1200532

P1200542

Automne : citrouilles, glands et pomme de pin sur leur lit de mousse. Hiver : boules des fêtes déposées sur un lit de lichen . Argile noire émaillée de blanc ou argile noire brute ?

P1200517

P1200518

P1200522

P1200523

P1200549 

Esprit Noël avec ces assiettes en forme d'étoile et ces petits moules à gâteaux qui me rappellent les petits sablés, pains d'épice, et friandises diverses que l'on savoure au moment des fêtes.

P1200592

P1200555

P1200525

Quand midi sonne, il est l'heure de rejoindre la grande maison dont les abords sont gaiement fleuris pour se retrouver tous ensemble. 

P1200582 P1200581

P1200580

Joie des retrouvailles entre blogueuses et instagrammeuses . Nous sommes si nombreuses que je ne saurais citer les noms tant j'aurais peur d'en oublier ! Un repas partagé dans la bonne humeur dans la salle du petit-déjeuner. 

P1200572 P1200624

P1200574

P1200610 P1200614

 Les rires fusent. On s'installe bien au chaud dans les grands fauteuils du salon, devant la cheminée pour papoter encore et encore.

P1200634

P1200632

P1200615 P1200602

P1200617

On s'attarde l'après-midi pour un vin chaud dans la cuisine.

P1200621

P1200623

P1200622 P1200565

Sans oublier d'admirer au passage tous les détails qui font le charme de cette magnifique demeure.

P1200595

P1200611

P1200620

P1200618 P1200619 

P1200633 

A la nuit tombée on n'aura pas envie de se quitter et la soirée se prolongera tard dans la nuit qui sera courte car il y a un autre rendez-vous de taille le lendemain matin...

P1200652

P1200661

P1200657

P1200655 

P1200665

 

*****************************

La deuxième magicienne c'est Sylvie de l'Armoire de Camille qui nous reçoit chez elle dans la campagne normande non loin d'Orbec. Un vélo décoré et de majestueuses suspensions nous accueillent . Plus loin il y a du gui ainsi que des bouquets suspendus sur le séchoir en bois.

P1200667

P1200669

P1200672

 

P1200673

P1200680

P1200681

P1200679

La porte de la grange franchie, c'est un pur émerveillement. Tous les ingrédients sont réunis : la nature avec les murs habillés de bois, les bouquets de branchages et les couronnes, les bottes de paille, la féérie avec des centaines de petites lumières disséminées un peu partout dans le décor, le raffinement avec ce lustre à pampilles, beaucoup de textiles, des créations, des étoiles........bref,   une  savante partition à quatre mains parfaitement orchestrée par Sylvie et son amie Karin venue des Pays-Bas qui a par exemple réalisé d'adorables maisonnettes noires et blanches ( remplies de gaufres ). Les yeux ne savent plus où se poser tant ils sont éblouis !

P1200697

P1200764

Le lit et son empilement d'édredons me fait penser à celui du conte " La princesse au petit pois ".

P1200685

P1200686

P1200691

P1200717

P1200726

P1200687

Mais ce que j'ai préféré c'est cette majestueuse forêt de sapins tous différents les uns des autres, imaginés et confectionnés par Sylvie et Karin.

P1200706 P1200708

P1200772 P1200714

P1200705

Changement de décor dans la petite pièce de l'autre côté du porche avec une ambiance très "Jeanne d'Arc Living ". Du blanc, du brut, du naturel, de l'ancien et toujours la fête des lumières !

P1200728

P1200753 P1200756

P1200738 P1200735

P1200729 P1200736

P1200782

P1200783 P1200743

Des merveilles à profusion dont mes photos ne donnent qu'une petite idée. Il aurait fallu un billet deux fois plus long pour tout vous montrer !

Alors bien sûr, on repart de ces lieux enchanteurs avec les yeux qui pétillent encore et ces petites étoiles nous accompagneront tout au long de la semaine. Merci à Chantal d'avoir organisé pour notre plus grand plaisir cette belle rencontre. Merci à Mô d'avoir fait le déplacement depuis le sud de la France pour notre plus grand plaisir. Merci à Sylvie et Karin pour tant de beautés réunies en un seul lieu. Vivement les prochaines fois !

Si vous voulez découvrir ou re-découvrir des billets sur Rêves d'argile c'est ici pour une visite de l'atelier, et pour son stand sur le salon Argilla. Pour voir les précédentes ventes de l'Armoire de Camille c'est ici,  ou encore .

                                                            Je vous souhaite de faire de beaux rêves remplis d'étoiles !

                                                                                                 MARIE *

 

 

Posté par marie agapanthe à 17:20 - Commentaires [32] - Permalien [#]