Marie et les agapanthes

19 février 2020

Les moments précieux

        Je n'en fais pas mystère. Je n'aime pas ces mois, où l'hiver semble avoir absorbé à tout jamais lumière et soleil et où l'on se retrouve plongés dans une brume opaque et tenace sous un ciel couleur plomb du matin au soir. Les jours commencent à peine à rallonger mais on rentre tout de même du travail à la nuit tombée. A cela il faut rajouter la succession de tempêtes qui a balayé la partie nord de la France, ce vent qui hurle et faisait craquer le chaume au dessus de ma tête. Pas ce qu'il y a de plus rassurant !

Il est trois heures un dimanche après-midi. La forêt est noyée dans un brouillard impénétrable et on a décidé d'aller y faire un tour, au risque de ne plus retrouver son chemin par la suite, mais rester enfermé toute la journée est vraiment trop déprimant. Les pas craquent sur les branches mortes, s'enfoncent dans un mélange boueux de feuilles et de brindilles, quand soudain, on retient son souffle car au loin est apparue une majestueuse bête à bois, un cerf, qui se promène. Un instant unique et fugace, un petit moment PRECIEUX que l'on garde et qui nous portera les jours suivants.

Les instants PRECIEUX, voilà ce qu'il faut tenter de multiplier pour faire face à ces périodes moroses.

20200125_163953

IMG_20200125_192947_591

 Le dimanche suivant, finir la promenade-découverte de l'abbaye de Mortemer ( On ne connaissait pas et on s'est promis d'y retourner aux beaux jours ) dans l'adorable commune de Lyons-la-forêt.  A la nuit tombante, on a poussé la porte de ce salon de thé dont les lumières sont si attirantes. Le monde peut bien s'arrêter de tourner, on est bien au chaud, confortablement installé dans un grand fauteuil. On boit à petites gorgées un thé bien chaud que l'on a accompagné d'une crêpe, Chandeleur oblige, et l'espace d'un instant on oublie que demain une nouvelle semaine de travail recommence, avec son lot de contraintes et de réunions dans lesquelles vous aurez souvent l'impression de perdre votre temps. Mais c'est ce nouveau petit moment PRECIEUX  qui va vous redonner l'énergie de repartir pour 5 nouvelles journées.

20200202_155430

20200202_174202

20200202_171048

20200202_171837

Les matins se succèdent, noyés dans la brume et l'on sait que le jour ne consentira, une fois encore,  pas à se lever. Un soir, tout est différent, le ciel flamboie et le matin qui suit, le soleil darde des rayons orangés sur la façade de la chaumière. ( Pour ceux qui suivent, j'ai finalement craqué pour une plaque personnalisée, commandée à Rye en Angleterre. Voir billet du 25 juillet 2018 )  Dans ces moments là, le coeur se gonfle d'espoir et tout paraît plus léger.  La journée s'annonce belle et froide avec un ciel clair et dégagé,  un froid sec et mordant, tellement mieux que cette humidité et cette grisaille persistantes. ( Le réchauffement climatique on en constate déjà les effets et les dégâts ! )

20200122_091701

20200120_174113

20200120_174040

20200116_200448

Le coeur est gai aussi quand on prépare la journée entre copines qu'on a prévue de longue date. On s'était promis de se retrouver entre filles du coin, de partager un bon repas, et d'aller à la découverte de nouvelles brocantes. La semaine qui précède on fabrique des nids avec les longues herbes presque sèches rapportées de la balade en forêt, celle-là même où l'on a aperçu un cerf au loin. Les herbes enroulées sur elles-mêmes prennent vite la forme désirée. Le jour J, on sort un grand drap écru et l'on y dispose les trois nids que l'on a confectionnés, au milieu des assiettes en terre de fer dont on ne se lasse décidément pas ! Les nids sont agrémentés de feuilles de fougère dorées et de petits papillons de papier. 

20200208_091131

20200208_091211

20200207_132135

20200207_132138

 

On a cueilli les perce-neiges dans le jardin et trouvé un usage au jolis napperons en crochet offerts il y a un moment déjà par mon amie de toujours Monesille. ( Tu te rappelles ? Tu m'avais dit que tu étais certaine que je saurais quoi en faire 😊.)

Dans les assiettes, des petits cadeaux fait maison : un savon au lait d'ânesse entouré de carton ondulé, agrémenté d'un médaillon en pâte Fimo et d'une fougère dorée. Dans les sachets, des maisonnettes en pâte Fimo, parfumées à l'huile essentielle de citron.

20200208_091202

20200212_131524 20200212_131540

20200208_091137

 

Ce n'est pas le printemps mais ça y ressemble, surtout lorsque les branches que l'on a disposées dans un panier au mur se mettent à fleurir sans eau. C'est aussi le printemps quand les conversations vont bon train, que l'on oublie le temps qui passe, qu'on ne voit pas la nuit tomber et quand les amies disent " Bon, il serait peut-être temps de rentrer " et partent à regrets. La journée était parfaite, conforme à celle qu'on avait imaginée. N'avons-nous pas vécu un moment PRECIEUX ?

20200208_091147

20200211_140013 20200211_140002

                                                                   ********************************

Ce sont ces petits moments, oh combien PRECIEUX et NECESSAIRES qui m'ont aidée à traverser les semaines passées. Le temps des vacances et du repos est enfin arrivé. et je savoure le goût du temps retrouvé tout en réfléchissant déjà à un nouveau billet !

20200217_152408

ENJOY THE PRECIOUS MOMENTS !

M A R I E *

Posté par marie agapanthe à 16:46 - Commentaires [27] - Permalien [#]


04 janvier 2020

All things bright and beautiful

 

On pourrait à peu près traduire ce titre de billet en anglais par : " Tout ce qui est brillant et beau ", devise qui sied particulièrement bien à la période de Noël où nous nous entourons de beau et de brillant comme pour faire mieux face à la nuit hivernale qui enveloppe nos journées.

Je ne le cache pas : je n'aime pas la période qui suit le changement d'heure de la fin octobre. Novembre, décembre, janvier et février sont des mois qui s'étirent trop lentement à mon goût. Des mois où l'absence de lumière, les journées courtes, la grisaille pèsent sur mon moral. Je n'aime rien autant qu'être dehors au soleil, quand la nature renaît à la vie dans une déclinaison de verts du plus tendre au plus soutenu. Les mois d'hiver me donnent l'envie de me rouler en boule dans mon coin et de me laisser gagner par une torpeur qui ressemblerait presque à une forme d'hibernation. Mais c'est sans doute cette période de repos forcé qui nous fait apprécier au mieux la belle saison. 

Dans cette nuit, Noël fait un peu office de phare, n'est-il pas en effet le jour de la naissance du soleil ? Il nous apporte ce sentiment de sécurité et d'appartenance, d'humanité et de vie, cette lumière qui nous fait cruellement défaut. C'est ce qui nous pousse à illuminer nos villes, décorer des arbres, et allumer des bougies. Le mois de décembre se traverse dans une anticipation remplie de joie et d'excitation et nous aide à renouer avec notre âme d'enfant celle-là même qui fait que je m'émerveille un peu trop facilement quand je me retrouve au coeur des illuminations dans un centre-ville. Même si le froid est mordant, une sensation de bien-être et de chaleur se diffuse immédiatement dans mon corps et  il me semble que je pourrais rester des heures ainsi à baigner dans une quasi- béatitude.

20191127_180501

20191127_180708

20191127_181307

                                                                                          Les illuminations sur les Grands Boulevards à Paris.

 Noël nous donne cette occasion unique de puiser dans le meilleur de nous même pour apporter un peu de bienveillance et de douceur au monde, un monde qui est loin d'être parfait mais c'est celui dans lequel nous vivons. C'est le moment de l'année où nous pensons aux autres, où nous avons envie de nous retrouver avec nos proches et où la notion de partage prend tout son sens. Mais c'est aussi le moment de l'année où nous sommes les plus vulnérables, où tout nous ramène à notre condition d'homme, où les accidents  de la vie sont plus cruels et douloureux à vivre. Un temps où joie et tristesse se retrouvent intimement mêlées. Un temps où il est essentiel de ralentir et d'opposer à la dureté de ce monde notre force et notre détermination à le rendre plus paisible et généreux.

20191205_125059

20191216_072923

20191224_184730 20191224_184703

20200103_112918

20200103_113020

                                                                             Les jolies plaques en céramique aux motifs végétaux de Mo,Rêves d'argile. Ruban Joyeux Noël de Passage intérieur. Le sapin tout de rouge revêtu, les petites maisons dessinées sur les fenêtres et les rosaces en papier fait maison.

Noël est d'abord ce que nous voulons bien en faire. Il n'existe que quand nous décidons d'en être acteur et que nous ne perdons ni notre enthousiasme ni notre pouvoir de nous émerveiller et que nous avons envie de transmettre cet esprit aux les autres.  Les fâcheux diront qu'il s'agit seulement d'une fête commerciale et ils n'auront pas totalement tort mais il se cache dans toutes ces petites attentions que nous avons pour les autres, toutes nos tentatives pour leur faire plaisir : quelques mots posés sur une jolie carte ou des découpages de papier qui auront à mes yeux autant de valeur que le plus coûteux des cadeaux.

20191226_075214

20191210_175302

20191210_175321

20191224_172529

                                                            La jolie carte reçue de Dominique La ligne 13. Les maisons de papier réalisées et offertes par Régine Bouts de tissus. 

A Noël j'écoute en boucle les crooners américains des années 50 et 60 nous fredonner de leur voix de guimauve  " It's the most wonderful time of the year ", " Have yourself a little Merry Christmas ", " White Christmas ", j'allume des bougies et des guirlandes partout dans la maison, je me prépare une boisson chaude et cela suffit à me plonger dans cet esprit de saison . J'ai subitement des envies de pâtisser, de senteurs d'orange et de cannelle, d'amande, de pain d'épices et de chocolat et d'inviter mes amies pour déguster le tout. 

A Noël il est rassurant de retrouver années après année ces petits rituels, ces plaisirs minuscules posés sur nos vies imparfaites.

20191219_134903

20191207_100527

20191120_132546 

20191223_152632

20191223_173359

20191224_172435

 Le gâteau clémentine cardamome, recette de Enk-gourmand. Les zimsterne , recette trouvée sur Marmiton. Les sablés à la farine de châtaigne, recette de Manon 21. La maison en pain d'épices, recette Fashion cooking.

Les jours après Noël c'est encore un peu Noël. On se réveille avec du sucre sur les lèvres dans un monceau de papier froissé et de rubans dénoués et l'envie de prolonger encore cet entre-deux où l'on a oublié que le temps dehors était vraiment moche et que les nouvelles du monde extérieur n'étaient pas rassurantes. La nouvelle année s'est annoncée et on aimerait bien que cette poésie là dure encore quelques temps. On a envie d'y croire. Envie de se dire que les journées qui s'annoncent seront belles. Que le monde s'apaisera et se laissera gagner par la sagesse car on a envie de pouvoir offrir aux générations futures un monde dans lequel ils pourront vivre en toute sécurité. 

20191228_164133

20191230_125925

                                                  Un bébé tout neuf , ma petite-fille Blandine et le regard de mon petit-fils Ferdinand.

Au douzième jour de Noël , dans les pays anglo-saxons, il est temps de ranger les décorations qui ont embelli et illuminé nos maisons pendant quelques temps et de reprendre le cours de sa vie normale.  Le sapin vit ses dernières heures et l'on enveloppe dans du papier de soie boules , étoiles et santons.  Comme il serait bon cependant de garder un peu de cette beauté et de cette brillance, de cette générosité et de ce partage dans les douze mois à venir ! 

L'année 2020 je la souhaite à cette image : scintillante et belle, douce et chaleureuse, bienveillante et généreuse, pleine de compassion et de tendresse, de tolérance et de bonté. Il nous faut le vouloir de toutes nos forces.

                                               BELLE ANNEE A TOUS !

                                                                MARIE *

 

Posté par marie agapanthe à 09:15 - Commentaires [33] - Permalien [#]

22 décembre 2019

Le roi des belges revient....

La dernière fois, je vous avais laissés dans une rue de Bruges, une gaufre à la chantilly dans la main, façon de clore en douceur la balade. Mais Bruges valant bien un deuxième billet, je vous emmène aujourd'hui à la découverte d'autres endroits plein de charme à commencer par : le béguinage (beginhof).

Pour y pénétrer il faut passer un joli pont qui enjambe le canal. Pour y rentrer il faut pousser la lourde porte cochère en bois. Pour s'y promener il faut cesser de parler et savoir écouter le silence qui inonde ce lieu et sur lequel le temps qui passe n'a aucune prise.

 P1240746

P1240738

 Les pas résonnent un peu sur les pavés mouillés mais ralentissent imperceptiblement comme pour mieux s'imprégner de la quiétude des lieux et imaginer les vies paisibles qui se sont déroulées à l'abri des murs blanchis des maisons. Sérénité et art de la contemplation  sont de mise, bien loin de l'agitation du monde.

P1240724

P1240726

P1240728

P1240730

P1240732 P1240733

P1240736 

A Bruges, il faut apprendre à se perdre un peu et quitter les lieux les plus fréquentés. C'est ainsi que l'on peut avoir la chance de tomber sur une "Godshuis" ou maison de charité qui depuis le Moyen-Age procure des logements à des personnes en difficulté financière. Il n'y a personne et on peut se promener tranquillement dans les jardinets entourés de maisons blanches où vos pensées pourront  aller à leur guise, vagabonder et finir par s'accrocher aux herbes folles.

P1240702

P1240704 

Je ne sais pas s'il existe une carte répertoriant ces Godshuis mais j'ai appris qu'il en existe une douzaine et il me semble que se mettre en quête de toutes les découvrir serait une bonne idée pour un futur séjour à Bruges 

Même tranquillité dans la jolie rue Groeninge où l'on s'attarde volontiers devant les pimpantes maisons blanches.

P1240689

P1240690

P1240695

P1240698 

Difficile de croire qu'elles se trouvent à quelques mètres à peine de l'un des lieux des plus fréquentés de la ville, le pont Bonifacius ou pont des amoureux.

P1240971

P1240972

P1240975

P1240976

Bruges est antinomique : à la  simplicité et au dépouillement s'opposent l'or des statues et les splendeurs de sa gloire passée et l'on passe de l'un à l'autre au gré de la promenade.

P1240642 P1240598

P1240999 

P1240822

 

                               LES BONS PLANS OU BRUGES AVEC UN PETIT BUDGET

J'ai eu l'idée de cette rubrique pour essayer de répondre à la question : " Est-il possible de voyager et de se faire plaisir avec un budget réduit ? ". Etant dans ce cas, j'ai tenté de préparer au mieux ce mini-séjour en traquant les bons plans dont je vous fais part ici. Libre à vous dans vos commentaires, de compléter mes dires par d'autres informations qui pourront être utiles au plus grand nombre, l'idée étant celle du partage.

Le parking : Si vous restez quelques jours, mieux vaut éviter de se garer dans l'un des parkings du centre de la ville ( à moins que votre hôtel ne possède un parking privé ) votre budget risquant d'exploser . Il est néanmoins tout à fait possible de se garer gratuitement un peu en dehors du centre, et ce pour une durée illimitée J'ai testé le parking du centre sportif dans Boogschutterslaan ( rentrer ce nom dans votre gps ) . Le quartier est tranquille et vous êtes à quelques minutes à pied du centre ( 20 minutes pour moi qui était de l'autre côté du centre ) . Il est également possible de prendre un bus pour s'y rendre. En plus du bénéfice financier, cela aura l'avantage de vous faire découvrir la ville hors du centre "musée". Vous passerez près des moulins à vent perchés au bord du canal qui ceinture la ville et vous aurez la surprise de découvrir de très jolies maisons d'un style différent et que vous n'auriez jamais vues si vous  ne vous étiez pas aventurés par là .

P1250020

P1250026 

Le logement : Il y a pléthore d'hôtels à Bruges et certains sont absolument magnifiques. Mais quand vos moyens sont limités il est tout de même possible de profiter d'un séjour dans cette ville. Pour cela il y a la solution auberge de jeunesse.

J'ai séjourné au Lybeer Hostel dans Korte Vulderstraat. Une auberge de jeunesse de charme qui propose en plus de chambres partagées façon dortoir ( 32 euros pour deux dans une chambre avec deux lits superposés ), des chambres individuelles  ( 72 euros pour une chambre avec salle de bains privée au moment de mon séjour). Le plus : une grand salon /bar très accueillant le soir.

P1240531 P1240530

20191020_185601

20191020_185701

Les repas :  L'avantage si vous choisissez l'option auberge de jeunesse est que vous aurez une cuisine à disposition pour préparer vos repas. Celle du Lybeer hostel, tout comme la salle à manger, est toute mignonne et bien équipée.

Tous les restaurants que j'ai vus proposent le même genre de menus à des prix que j'ai trouvés assez élevés. Une solution si vous êtes absolument fauché  et que vous n'avez pas envie de cuisiner: prendre son petit déjeuner à la cafeteria du magasin Hema dans Steenstraat. Pour 3 euros 50 vous avez une boisson chaude et 4 choix possibles dans un buffet   ( salade fruit, yaourt, fromage, viennoiserie , oeuf.... ). et à midi , pour 3 euros, vous pourrez vous régaler d'une bonne soupe chaude. 

Une adresse à retenir toutefois car les prix pratiqués restent raisonnables : pour manger salades, soupes et bols, le Pain quotidien qui se trouve sur Simon Stevin Plein. Pas de photos de cet endroit mais des photos de celui de Gand qui vaut le détour si vos pas vous mènent également dans cette ville. J'adore l'ambiance salon  avec les fauteuils et canapés confortables, les portraits de famille accrochés aux murs qui se marie avec le côté indus du lieu ( une ancienne poste je crois ).

P1250130

P1250122 

P1250133

P1250120

P1250124 P1250125 

 Le shopping : Pas vraiment une façon d'économiser de l'argent me direz-vous, plutôt de le dépenser mais un incontournable de tout voyage. A Bruges vous trouverez à tous les coins de rue le produit phare : le chocolat ! N'étant pas amatrice de chocolat je ne vous donnerai aucune adresse. Par contre j'ai énornément apprécié les produits de la boutique Juliette sur Wollestraat qui décline les speculoos, pains d'épices et autres petits gâteaux à l'envi. Avec un gros coup de coeur pour les" Hasseltse speculoos". J'ai regretté par la suite n'en avoir acheté qu'un tout petit sachet !

P1240665

P1240960

P1240961

P1240963 

Incontournables pour les fans de déco, les boutiques Dille et Kamille avec leur devanture noire et blanche très graphique que l'on retrouve dans beaucoup de villes belges. De jolis objets à prix abordables pour agrémenter votre intérieur. Un véritable lieu de perdition pour moi ! Sur Simon Stevinsplein.

P1240882

P1240535

P1240536

P1240537

P1240544

 

Et pour finir, trouvé dans Bredelstraat des cartes postales dont le cadrage change un peu de l'ordinaire. Les maisons de la Grand Place font comme une petite frise au dessous de l'immense ciel. Posées sur un torchon Dille et Kamille.

20191109_141248

 *****************

La balade à Bruges se referme sur un sapin de Noël  ce qui me donne l'occasion de vous souhaiter de joyeuses fêtes de fin d'année. Passez des moments agréables avec ceux qui vous sont chers ! 

P1240638

 

A bientôt !

 

MARIE *

Posté par marie agapanthe à 18:48 - Commentaires [22] - Permalien [#]

28 novembre 2019

Le roi des belges

Moi je trouve qu'il en a bien de la chance le roi des Belges. Et pourquoi me direz-vous ?  Facile : au coeur de son royaume il y a   BRUGES !

A mon avis, on ne vantera jamais assez les mérites de ce véritable petit joyau architectural, arrivé miraculeusement préservé dans notre 21ème siècle.  L'Unesco ne s'y est d'ailleurs pas trompé en classant son centre historique au patrimoine mondial de l'humanité. 

En cette fin d'octobre il a fallu déjouer une météo capricieuse ( beaucoup de pluie et de grisaille et un beau ciel bleu pendant seulement deux petites heures ) et tenter d'échapper le plus possible aux habituelles hordes de touristes venues du monde entier qui avaient envahi la Grand Place, les rues piétonnes et les abords des canaux. 

Dans ce musée à ciel ouvert on déambule beaucoup le nez en l'air, les yeux rivés aux pignons à gradins ou parfois à volutes des maisons flamandes. 

P1240643

P1240985

P1240993 

La gaieté est de mise pour les maisons qui se serrent frileusement autour de la Grand Place mies en valeur par les drapeaux qui leur donnent un petit air de fête.

P1240878

P1240640

Ambiance plus tranquille sur Simon Stevinsplein où les arbres ont commencé à revêtir leurs habits dorés.

P1240857

Noir pour la force, jaune pour la sagesse, rouge pour le courage, telles sont les qualités fièrement arborées au royaume de la brique et des pavés.

P1240949 P1240551

P1240649

P1240658 (2)

P1240939

P1240944

P1240947

P1240943

P1240945  

De jour comme de nuit, les pas du promeneur le ramènent invariablement sur le bord des canaux somptueusement parés d'une mélancolie toute automnale. On resterait bien ainsi des heures à perdre son regard dans l'eau et à le laisser dériver comme les feuilles des arbres bercées par les remous.

P1250013

P1250016

P1240687

P1240607 

 Quoi de plus tranquille et reposant qu'une balade sous les frondaisons que rien ou presque ne vient troubler? 

P1240601

P1240602

P1240970

P1240686 

 La nonchalance est de mise et le temps n'a soudain plus aucune prise sur la journée qui s'écoule avec lenteur et se dilue dans le soir qui tombe, quand les bâtiments se reflètent dans les eaux sombres en nous offrant la plus belle et la plus romantique leçon de symétrie qui soit.

P1240813

P1240806

20191020_205916

P1240802

P1240807

20191020_210044

20191020_205929

20191020_210031

Incontournable est la découverte de Bruges depuis un bateau pour accéder à des points de vue autrement inaccessibles, et s'offrir un délicieux frisson au passage d'un pont ou au croisement d'une autre embarcation. Pour éviter les foules qui se pressent aux pontons, les bateaux surchargés, une hausse subite des décibels provoquée par des exclamations et des commentaires dans toutes les langues possibles - ce qui ne manquera pas de gâcher votre balade - il faut privilégier les premières heures de la matinée quand les touristes ne sont pas encore réveillés. A ces moments là, Bruges s'offre à vous en toute quiétude et les canaux ne ressemblent pas encore à des autoroutes aux heures de pointe. On pourra alors découvrir des aspects insoupçonnés de la ville, des berges verdoyantes, l'arrière des maisons, des jardinets avec vue sur l'eau où l'on imagine des vies paisibles loin de toute agitation .

P1240891

P1240894

P1240901

P1240914

P1240920

A Bruges, difficile de faire l'impasse sur les cygnes et les chevaux. Les premiers vous acueillent de la façon la plus kitch qui soit dès votre arrivée à la chambre d'hôtel . On les retrouve ensuite au détour des rues, sur les façades, en enseigne, bas-relief ou statue et jusque dans les vitrines des magasins. Il est même possible de séjourner à l'hôtel Die Swaene le bien nommé.

P1240531 P1240877

P1240761 P1240964

P1240762

P1240933

Mais les vrais sont partout. Et au risque de transformer ce billet - une fois n'est pas coutume - en reportage animalier, vous aurez droit au cygne dans tous ses états : en train de chercher de la nourriture, en train de s'ébrouer ou en train de glisser sur l'eau , seul ou en file indienne.

P1240743

P1240742

P1240749

P1240869

Pourquoi des cygnes à Bruges ? : En 1488, les habitants de Bruges exécutèrent Pieter Lanchals, gouverneur et conseiller de l'empereur Maximilien d'Autriche. " Lanchals " signifie "long cou " et sur le blason de la famille figurait un cygne blanc. La légende dit que l'empereur Maximilien condamna la cité à garder des cygnes sur ses lacs et canaux pour l'éternité. Et ce pour notre plus grand plaisir NDLR ! ( note de la rédactrice )

Les voitures étant pour ainsi dire bannies du centre-ville, c'est la cadence des sabots des chevaux qui en rythme les déplacements. Que l'on soit gondolier à Venise ou cocher à Bruges, aucune inquiétude à avoir. Ces professions  ne connaissent pas la crise !

P1240708 P1240712 

P1240699

P1240710

Mais Bruges ne serait-elle pas inscrite sous le signe de l'animal ? C'est en tout cas ce que laisse à penser tout le bestiaire rencontré au fil des rues, le mouton en bas-relief, le chien qui monte la garde ou encore par exemple les bancs aux curieux pieds en forme de dragon.

P1240839

P1240841

P1240752

 *********************

La promenade du jour s'achève, tradition oblige, par une gaufre belge et une douceur chocolatée. Elle se poursuivra dans mon prochain billet car Bruges n'a pas fini de vous dévoiler ses secrets !

P1240661

P1240775

 

  A suivre / To be continued....

M A R I E *

Posté par marie agapanthe à 16:00 - Commentaires [28] - Permalien [#]

28 octobre 2019

Leçon déco chez Florence

    Visiter une jolie maison ça vous tente ? Si le coeur vous en dit,  je vous emmène le temps d'un week-end dans l'intérieur accueillant et chaleureux de Florence pour tenter de percer ses petits secrets déco.

Vous êtes sans doute beaucoup à la connaître sous le pseudonyme de Goumyflo. C'est grâce à elle que j'ai, un jour d 'autommne 2007, découvert  l'univers des blogs de décoration.  Après avoir cliqué de lien en lien je suis arrivée chez Florence : "Le blog de Goumy . Hasard ? Coïncidence ? Quelques jours plus tard je la retrouvais dans l'émission "La maison France 5" et je restais béate d'admiration devant la rénovation de sa chambre d'hôtes d'alors " le 33 ". A peine six mois plus tard, nous faisions connaissance en vrai. 

Quelques années et quelques maisons plus tard, Florence et son mari, ont posé leurs valises dans un petit village du Nord, dans une jolie maison de pierre aux volets anthracite, sise au numéro 1.

 

20190929_142108

20190929_142144(0)

"La maison n'est pas finie" s'excuse Florence . Et pourtant,  elle me plaît déjà bien comme ça !  On retrouve la signature de la maîtresse des lieux dans chacune des pièces, celle-là même qui faisait l'attrait de son précédent appartement lillois. L'équation est simple : des murs blancs soulignés par des éléments noirs ( table, fauteuil, miroir, lampe... ), des planchers bruts et très clairs à larges lames, des portes en bois poncé, l' élégance du gris, de la sobriété, un aménagement inscrit autour du croisement de grandes lignes longitudinales et de transversales. A noter : les tableaux sans cadre, les peaux de mouton sur les chaises blanches design, la branche de bouleau dans un angle, les immenses canapés.

20190928_100135

Les volumes sont généreux, les pièces très lumineuses respirent le bien-être. Dehors, le vent peut bien hurler à s'en casser la voix, la pluie peut bien venir cingler les fenêtres, à l'intérieur il y a de grands canapés garnis de coussins pour s'y pelotonner, un choix de bons livres que l'on pourra feuilleter à l'envi, une tasse d'une boisson bien chaude et réconfortante à portée de main. A noter : les éclairages indirects, les tout petits cadres, le tapis moelleux, les miroirs ronds, le mélange de textiles, la touche jaune, le coussin imprimé d'une photo de moutons.

20190928_172210 20190929_095201

20190929_095138 20190929_095148

20190928_172105 

Le matin, le petit-déjeuner est servi sur la grande table noire, près du miroir où je ne peux m'empêcher de jouer aves les reflets. Je ne vous avais jamais dit que j'avais un petit grand faible pour les miroirs ?  A noter : la rangée de maisonnettes noires perchée sur le haut du cadre, le projecteur de cinéma, les branches dans un vase, les moules en forme d'étoile transformés en bougeoirs.

20190928_084555 20190928_084537

20190929_084611 20190929_084554

20190929_084446

Une idée à retenir lorsqu'on ne ne sert pas de sa cheminée : un grand plateau qui accueille des bougies de tailles différentes et des bouquets de gypsophile séchés. Le muret qui court le long du mur met en valeur tout ce bric à brac hétéroclite mais harmonieux qui donne à un intérieur son petit supplément d'âme: une serre miniature, une grande étoile Amish, des cloches en verre, une photo de bord de mer, un chiffre surdimensionné....La rondeur du fauteuil en rotin au look vintage ou la demi-sphère de la suspension, casse les lignes anguleuses de la pièce, portées par la cheminée, les deux grands canapés, les poutres du plafond, les lattes de la table et les lames du plancher. A noter : les quilles anciennes dans un saladier blanc, le coussin brodé par une amie :  une fée d'hiver, le cheval scandinave.

20190928_171921

20190928_171950

20190928_171935

20190928_162231

Les petits objets de charme et de hasard posés sur le rebord des fenêtres, sont à peine caressés par la lumière du jour naissant. En fil conducteur, on retrouve les étoiles et les maisonnettes, disséminées un peu partout dans la maison , il faudrait s'amuser à toutes les compter !  Le tout est complété par des plantes et des bougies. A noter : de très jolies fleurs en céramique, un petit ours qui fait pendant à celui qui se promène sur une autre cheminée de la maison, de grosses perles en bois, un vase Alvar Aalto le célèbre architecte et designer Finlandais.

20190928_162246

20190928_100232

20190929_084522 20190929_084547

Porte ouverte sur la cuisine et son petit pan de mur bleu qui accroche l'oeil  et met en valeur la toile ancienne qui y est accrochée. A noter : une ouverture très large sur la terrasse et le jardin.

20190928_172215

20190929_084254 

Dans le couloir qui mène à la chambre d'amis, les panières sont rangées au garde-à-vous, une idée astucieuse pour ranger le linge de maison. La chambre, nichée sous les combles, est propice au repos. La tête de lit permet d'y poser des éléments décoratifs et a sur ses côtés de bien pratiques petites étagères, totalement invisibles lorsque l'on est de face. Là encore, les maîtres-mots sont simplicité et efficacité, une organisation de l'espace en adéquation parfaite avec le style scandinave que Florence affectionne tant. A noter : les deux lampes de chevet murales en céramique blanche constellées de minuscules étoiles, le sol en jonc de mer..

20190929_095414

20190929_083636

20190929_082208

Et dans la pièce voisine, le petit lit d'appoint et les peluches rappellent les rires des enfants qui viennent y séjourner. A noter  : les coussins tricotés. le surmatelas moutarde.

20190928_083701 20190928_154055

20190929_083854

**********************

Juste le temps d'une éclaircie pour aller faire un tour au jardin qui descend en pente douce vers une prairie habitée par des vaches et un gentil cheval. Sous les grands arbres, une mignonne petite serre. Il fait un peu frais ce matin, ce n'est pas aujourd'hui que l'on s'installera sur un siège pour profiter de la vue à moins que ce ne soit bien à l'abri dans la serre justement !  A noter : les grandes jardinières façon ciment  sur le bord de la terrasse.

20190928_094028

20190928_094114

20190928_094026

20190928_093741

20190928_094358

20190928_153818

20190928_094819

20190928_095248 

*************************

 Malgré une météo peu clémente, nous partons en balade. Le temps était si gris ce matin là que les routes menant aux caps Blanc-Nez et Gris-Nez avaient un comme petit air d'Irlande.

20190928_104206

20190928_104312

Impossible ne serait-ce que de distinguer à l'horizon les falaises blanches des côtes anglaises d'habitude parfaitement visibles. Mais sur la plage de Wissant, les couleurs des cabines de plage étaient sublimées par la qualité orageuse de la lumière.

20190928_110420 

20190928_110425

Un chef d'orchestre génial, sans doute dément et survolté avait décidé ce jour là de diriger une symphonie d'une rare intensité dramatique. La mer et le ciel ne faisaient qu'un, le vent claquait furieusement et les vagues lancées au grand galop explosaient avec fracas sur les brisants. Nous étions aux premières loges de ce spectacle à couper le souffle et j'ai eu une pensée pour les pauvres passagers à bord du ferry en partance pour l'Angleterre. Les kite-surfers ,quant à eux, s'en donnaient à coeur joie ! 

20190928_113526

20190928_114538

20190928_114717

20190928_114757

20190928_114643

20190928_114825

20190928_114844

20190928_114820 

Bravement le fort d'Ambleteuse résistait aux assauts des éléments déchaînés en attendant patiemment le retour au calme.

20190928_140837

************************

Un grand merci à Florence pour son accueil !

Et au plaisir de vous retrouver très vite pour une balade en Belgique dans les rues de Bruges et de Gand ! 

 

                                                        A bientôt

                                          Marie*

 

Posté par marie agapanthe à 12:08 - Commentaires [30] - Permalien [#]


07 septembre 2019

Les surprises de la fin août

            Comment la décrire cette sensation de vide qui s'installe lorsque, après deux mois presque ininterrompus de visites, rythmées par des sorties, des promenades bucoliques, des soirées au jardin, des conversations à bâtons rompus avec la famille et les amis..... les derniers invités - en l'occurence des invitées (dont le séjour est relaté par Dominique ici) - ont quitté la chaumière bleue ? Il faudrait alors pouvoir l'oublier cette petite voix intérieure, doucereuse, qui vous suggère avec tout le fiel dont elle est capable que l'été a bel et bien tiré sa révérence et que la fête est finie.

C'était sans compter sur le prêt inespéré d'une petite maison quelque part dans le Cotentin. Juste le temps de boucler un sac et les kilomètres défilent sur l'autoroute dans la grisaille, sous une pluie tenace jusqu'à ce que la brume se déchire enfin aux alentours de Caen pour une halte au Mémorial. Impensable en effet de rater l'exposition Norman Rockwell !

Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, Norman Rockwell est cet illustrateur américain de génie qui a illustré 320 couvertures de la revue le Saturday Evening Post de 1916 à 1961, croquant avec beaucoup d'humour, de bienveillance et un luxe de détails la classe moyenne américaine.  La famille heureuse et fatiguée rentrant d'un séjour au bord de la mer ; La championne de billes, sûre d'elle et déterminée- comme toutes les figures féminines dans l'oeuvre de Rockwell - face à deux garçons médusés ; Le choeur des barbiers ; Le père de famille concentré écoutant la progression des troupes américaines sur le front européen, tentant de déterminer où son fils, engagé sous les drapeaux, se trouve ; Une franche explication entre deux jeunes filles ayant toutes deux reçu une photo du sympathique GI Willie Gillis ,  personnage simple auquel il est facile de s'identifier, toujours mis en scène dans des situations pleine de malice.

20190818_111514  20190818_111501

20190818_111340 20190818_111349

 20190818_111446 

20190818_113254 20190818_111933

Lorsqu'en 1940 le président Franklin D. Roosevelt prononce son célèbre discours des Quatre Libertés indispensables pour préserver un mode de vie face au drame qui se déroule en Europe, à savoir, la liberté d'expression, la liberté de conscience, la liberté de vivre à l'abri du besoin et la liberté d'être protégé, Norman Rockwell utilise son talent pour réaliser quatre oeuvres qui resteront pour les américains les symboles des valeurs à défendre. Le repas de Thanksgiving, fête typiquement américaine, qui donne l'occasion de grandes réunions de famille,  illustre la liberté de vivre à l'abri du besoin tandis que le fermier prenant la parole au cours d'une réunion municipale illustre la liberté d'expression.

20190818_112555 20190818_112901

 Tableau devenu iconique, The Problem We All Live With, réalisé en 1963 et illustrant la fin de la ségrégation dans les écoles est inspiré d'un fait réel : la petite Ruby Bridges fait sa rentrée à La Nouvelle Orléans en 1960 dans une école jusque là réservée aux blancs. 

20190818_114805 20190818_114709

20190818_114334 20190818_114519

20190818_114648 

Autant vous dire que parmi l'un de mes inombrables rêves est celui de me rendre un jour à Stockbridge aux Etats-Unis visiter l'atelier de l'artiste décédé en 1978. Pour l'instant, il faut se contenter de cette très belle et unique exposition visible au Mémorial de Caen jusqu'au 27 octobre.

****************  

                    Lorsqu'il est temps de reprendre la route, c'est le grand beau temps. Le soleil, qui a joué les divas pendant une bonne semaine se faisant beaucoup désirer, est à nouveau au rendez-vous. A l'arrivée, en quelques instants tout s'arrête. Le monde peut bien continuer à tourner, vous êtes face à l'immensité du ciel et de la mer et plus rien ne compte que cette quiétude et ce sentiment de plénitude retrouvée. Là, dans le miroitement de l'eau vous vient un grand apaisement.

  20190819_162352 20190819_162418 

20190822_164306

 Les plus belles oeuvres d'art, celles conçues par la nature, s'offrent au regard en lignes sinueuses, rigoureuses et parallèles ou libres et aquatiques.

20190822_164522 20190822_164532

20190820_171359 

 Le phare d'Agon se rêve cousin de ceux de Nouvelle Angleterre peints par Edward Hopper. 

20190821_174618

Les emblématiques cabines de plage de Gouville-sur-mer ont l'air d'avoir été coloriées par un artiste très joyeux alors que celles de Carteret paradent dans tous les teintes de bleu que l'on peut imaginer.

20190818_170622

20190818_160938

20190818_170108

20190819_163740

20190819_163639

Le temps s'étire à n'en plus finir le soir sur les dunes, face à la mer ( merci Tei pour cette belle adresse ) et quand la lumière décline c'est pour mieux nous préparer au merveilleux spectacle qui suit. C'est d'abord l'infatigable ballet des tracteurs remontant les bâteaux des pêcheurs ou des vacanciers, puis la mer qui s'enveloppe de tonalités de gris, le soleil qui vous éblouit et les ajoncs qui se découpent en ombres chinoises sur le blanc du ciel. Puis soudain, la grosse boule de feu qui fait rougeoyer le ciel avant de plonger et de rendre la terre à l'encre de la nuit.

20190824_115249

20190823_200804 

20190823_205326 

20190823_200719

20190823_201318

20190823_205132

20190823_205142

20190823_210309 

La semaine était bien trop courte mais quelque part dans le Cotentin, j'ai lavé dans la mer les fatigues, les soucis, les tracasseries d'une année entière jusqu'à presque tout oublier.

20190821_112320 

Un dernier regard en arrière sur le petit chemin qui mène à la plage et qu'on emprunte pour la dernière fois. La parenthèse se referme. On repart, du sable sur la peau et du sel sur la langue, la peau un peu plus dorée que d'habitude, les cheveux qui volent au vent et la certitude de la retrouver là, la mer immuable, jouant sa variation millénaire.

***********************

De retour à la maison, quand l'heure de la rentrée a sonné, on pose sur le guéridon un bouquet de lagures ovales ( ou queues-de-lièvre ) dont la douceur des épis rappele celle de ces journées de la fin de l'été comme pour mieux le prolonger.

20190901_143600 20190901_165216

20190901_165350 20190904_154303

 Avec le bouquet de scabieuses cueilli sur le bord du chemin.

 

Marie *

 

 

 

 

Posté par marie agapanthe à 18:27 - Commentaires [34] - Permalien [#]

09 août 2019

So British escapade

Difficile pour moi de rester longtemps éloignée des îles britanniques ! Lorsque je ne m'y suis pas rendue depuis un moment, le besoin irrépressible d'un petit tour là-bas se fait sentir comme une grande bouffée d'oxygène qui me serait vitale.

Se rendre au port, embarquer sur le ferry avec une pointe d'excitation,  lorsque le bateau quitte le port et prend lentement la mer, rester sur le pont dans une délicieuse anticipation des choses à venir. S'emplir les poumons de l'air du large qui vous arrive à coup de grandes bourrasques. Guetter les côtes anglaises et ses très blanches falaises dont les contours flous s'affirment peu à peu, le voyage est déjà une petite aventure à lui tout seul. La sensation de tout laisser derrière soi et de partir pour un ailleurs lointain alors qu'on est si près.

20190724_093006

20190724_092950

Très vite l'arrivée à Douvres et on prend la route ( à gauche s'il vous plaît ) pour trois trop petites journées seulement à sillonner le Kent " The Garden of England " que l'on connaît déjà par coeur mais ce n'est pas grave, on ne se lasse pas d'y revenir. ( En vert notre itinéraire )

Inkedkent_LI 

Et pendant ces trois jours on retrouve ce qui nous avait tant manqué : Le charme très Barnabyesque des villages avec leur jolies maisons en briques ou à colombages. 

P1240264

P1240275

P1240279

P1240280

P1240284 

P1240286 

P1240270

D'ailleurs la chambre dans laquelle on dort est dans une jolie petite maison de briques en pleine campagne. ( Carré rouge sur la carte )

Airbnb : Country cottage with twin bedroom in Shottenden 

20190725_100419

On retrouve l'ambiance des pubs et le confort des tea rooms, les petits magasins de campagne où l'on trouve un peu de tout et les greens bien campés au centre des villages, tout ce que l'on aime et qui fait le charme de l'Angleterre .

P1240277

P1240282

P1240309

P1240310 P1240311

P1240451

P1240453

Inévitablement la tour carrée d'une église datant de l'époque où les Normands étaient les maîtres du royaume veille sur le village que vous traversez. Vous pouvez y entrer, on vous y accueille avec un grand sourire et on vous propose une tasse de thé que vous boirez lentement tout en feuilletant des livres d'occasion proposés à la vente. Des enfants jouent dans l'espace de jeux qui leur est dédié. Leurs mamans papotent. Plus que des sanctuaires figés, les églises sont de véritables lieux de vie et d'accueil , preuve que l'esprit de communauté est bien plus présent dans ce pays que dans le notre.

P1240272 

P1240216 P1240169

La promenade autour de l'église parmi les tombes ancestrales un peu de guingois  sur l'herbe très verte n'est jamais triste mais au contraire très apaisante.

P1240274

P1240170

P1240480

P1240271 (2)

Des fleurs à profusion, partout, dans les jardins, sur le bord des ruelles et dans les "hanging baskets " accrochés aux façades des maisons et aussi des guirlandes de petits fanions qui donnent beaucoup de gaieté aux rues.

P1240240

P1240241 

P1240172

P1240173

P1240174

P1240176

P1240468

 P1240318

La majorité de ces photos a été prise à Chilham à l'ouest de Canterbury , les autres à Sandwich, Worth, Selling, Rye et High Halden.

P1240302 

Des fleurs sur le bas côté des  bucoliques routes qui traversent la campagne du Kent où l'on fait des pauses pour admirer les oast houses avec leur séchoir à houblon.

P1240306

P1240313

P1240312 

Et où l'on s'arrête pour laisser passer la famille de canards qui sort tranquillement de l'eau et traverse la route sans s'émouvoir du passage des rares voitures.

P1240224

P1240225

P1240230

P1240229 

P1240235

Un petit tour sur la côte, Ramsgate, Broadstairs, Margate que l'on fuit très vite. Très peu pour moi les stations balnéaires surpeuplées, les foules bruyantes badigeonnées de crême solaire qui déambulent, cornet de glace dégoulinant en main dans une odeur de graillon , je traduis : odeur de frites abondamment arrosées de vinaigre qui sont ici consommées à l'envi ( et en période de canicule ce n'est vraiment pas terrible ! ). A retourner voir hors saison.

P1240260 

Plus agréable et calme est Whistable avec ses petites boutiques, ses cabanes de pêcheurs et où l'on s'installe pour déguster des huitres.

P1240315

P1240316 

P1240328

P1240322

P1240325

 

Où que l'on soit en Angleterre , il y a toujours un château, une belle demeure ou un jardin à visiter. Curieusement je n'avais jamais visité Leeds Castle près de Maidstone pourtant étiquetté " The loveliest castle in the world ". Et c'est vrai qu'il est "lovely" ce majestueux château, dont une partie date de 1119, entouré de ses douves et d'un immense parc boisé avec jardin et labyrinthe. Ses tours crénelées se mirent dans l'eau, ses murailles l'enjambent et on peut en faire le tour de la manière la plus romantiques qui soit, en barque à fond plat appelée " punt " dirigée par les mains expertes d'un "punter ".

P1240349

P1240430

P1240429

P1240426

P1240434

P1240445

P1240447

P1240449

P1240376 

P1240378

P1240369 

P1240366

 La visite du château nous fait voyager au travers de neuf siècles d'histoire au gré de ses différents et souvent illustres occupants qui n'ont eu cesse de l'agrandir et le modifier à la mode de l'époque. La reine Aliénor de Castille, le roi Edouard II, la reine Jeanne de Navarre, le roi Henri VIII..... jusqu'à son acquisition en 1926 par une certaine Lady Baillie qui lui a offert luxe et apparat en s'entourant des plus grands décorateurs du début du vingtième siècle et a créé un magnifique jardin où j' ai découvert qu'il existe des lavandes blanches, chose que j'ignorais.

P1240398 (2)

P1240414

P1240409

P1240441

P1240365

P1240437 P1240442

P1240440

 

Le voyage était bien trop court. A peine étions nous arrivées qu'il fallait déjà repartir avec l'envie d'y revenir le plus rapidement possible, des images plein la tête et des jolis souvenirs à faire vivre pendant les mois à venir. Et des voyages en Angleterre, je suis certaine qu'il y en aura d'autres !

P1240465

 

See you soon

M A R I E *

Posté par marie agapanthe à 07:54 - Commentaires [26] - Permalien [#]

22 juillet 2019

Totale renovation

             Quand j'ai fait l'acquisition de la chaumière bleue, il y a un peu plus de trois ans,  il y avait une toute petite salle de bains désaffectée et hors d'usage, située dans une extension au rez de chaussée de la maison. Jusqu'alors elle était restée en l'état, la salle de bains principale ( avec les toilettes ) étant suffisante. Mais quand un nombre non négligeable de visiteurs se sont annoncés pour l'été j'ai pensé qu'une deuxième salle de bains ne serait pas de trop.                

Etat des lieux  après avoir déblayé les gravats qui jonchaient le sol ( une journée entière de travail ). Attention, âmes sensibles s'abstenir . Les photos qui vont suivre pourraient vous choquer ! 

P1230778

P1230777 

Une pièce peu engageante dans laquelle il faut faire un réel effort pour se projeter. Des murs en parpaings avec des morceaux de polystyrène collés dessus côté extension, des murs en briques et torchis côté de maison. Un carrelage sale et déprimant. Une tuyauterie vieillotte.  Des fils électriques qui se baladent partout. Des trous d'évacuation et une baignoire à la mode des années 70. Bref, une pièce qui donne une furieuse envie d'en refermer aussitôt la porte !

P1230779

P1230780 20190426_130813

 Première question : Gardera-t'on la baignoire ou pas? La porte est trop petite pour la faire sortir entière ( on se demande bien d'ailleurs comment elle est rentrée à moins d'avoir construit cette extension autour de la baignoire ) il faudrait donc la découper . Cela signifie également qu'il serait impossible d'en installer une nouvelle. Il n'y a donc que deux solutions : garder la baignoire vieillotte ou installer une douche. J'ai longtemps opté pour la deuxième avant de me dire qu'une baignoire serait tout de même bien pratique quand des petits-enfants séjournent à la chaumière ( surtout qu'on attend l'arrivée de la petite soeur de Ferdinand pour le mois de novembre ) .  Il y a  de toutes  manières une douche moderne et fonctionnelle dans l'autre salle de bains et je pourrais toujours revoir ma copie ultérieurement.

Baignoire gardée donc. Etape placo pour isoler les murs.

20190427_132624 20190427_132622 

20190503_162146 20190503_162158 

Pose des toilettes et de petits tuyaux en cuivre tout neufs ! Le vilain carrelage disparait enfin.

20190430_133712

20190508_114014 20190503_162158

20190523_131044 

A ce stade de mon récit je me dois de vous avouer quelque chose : j'ai une arme secrète. Et pas n'importe laquelle. Elle s'appelle Manu.  Manu est à la retraite depuis des années, il était plombier,  et s'embête un peu. Nous avons fait connaissance il y a quelques années. J'avais eu un petit accident et il m'a emmenée à l'hôpital où il a très gentiment attendu que l'on me fasse des points de suture. Depuis, il prend régulièrement de mes nouvelles et demande si j'ai besoin d'aide et si ce n'est pas lui c'est sa femme qui le fait.  Il a tout de suite répondu présent quand je lui ai parlé de mes projets de rénovation et est allé farfouillé dans son atelier à la recherche de ce qui pourrait être utile.  Quand Manu pense salle de bains il pense tuyaux, évacuation, joints, sanitaires, robinet d'arrêt et je le laisse faire .....  Car quand j'ai pensé salle de bains je n'ai pensé qu'à ça  :

20190523_173913 

Le papier peint que j'allais mettre sur l'un des murs : le Raphaël Green de la marque Sandberg. Des arbres au feuillage majestueux qui sont censés rappeler ceux de Central Park à New-York. Ma future salle de bains je l'ai immédiatement visualisée. Elle allait avoir trois murs vert sauge et un mur de papier. La vasque serait ronde et posée sur un meuble ancien. Il y aurait de jolis miroirs, une étagère, possiblement une plante verte, des paniers et sans doute une gravure. En un mot, mon sens des priorités était totalement différent !

J'ai laissé carte blanche à Manu pour la plomberie. Le papier et la peinture j'en ai fait mon affaire et dans une pièce toute petite c'est allé assez vite. Le résultat a été exactement comme je l'imaginais. La pièce sombre s'est comme par enchantement transformée en une pièce claire et lumineuse à laquelle les arbres apportaient une respiration..

20190525_172023 

J'ai trouvé le papier Raphaël Green sur le site Au fil des couleurs

Un petit tour à Emmaüs pour y dénicher un meuble pour y poser la vasque. Sans doute un ancien meuble de télévision qu'il a fallu poncer puis découper et auquel on a enlevé les portes. J'aurais sans doute préféré un meuble plus brut et plus ancien mais, pressée par le temps, j'ai fait avec ce que j'ai trouvé.

20190504_142730 

20190525_180927 

Quelques jours plus tard la salle de bains est finie et ressemble à l'image que j'avais en tête :

Il y a bien une vasque ronde, des paniers, des miroirs et une plante verte. Des jolies serviettes, des petits savons, une guirlande, un bouquet d'eucalyptus, un rideau en chanvre avec un monogramme

P1240059

P1240053 

P1240044 

P1240017

P1240021 P1240023

P1240048 P1240054

P1240037

P1240043 

La baignoire ne dépare pas totalement même si sa couleur n'est pas ce qu'il y a de mieux. Je pense un jour la relooker avec une résine blanche. On lui a offert un coffrage en bois et les carreaux du métro pour la mettre en valeur. 

P1240027

P1240069

P1240050

P1240024 

 Dès le début du mois de juin la nouvelle salle de bains a pris son service . Il lui manque encore deux ou trois aménagements pour la parfaire notamment un radiateur pour quand l'hiver sera venu. Pas de gravure pour l'instant non plus mais ça viendra certainement. Et puis j'y verrais bien un joli petit tabouret aussi. 

Si vous venez séjourner à la chaumière bleue ce sera votre salle de bains car elle est tout près de la chambre d'amis. Seul bémol : Il ne faut pas être trop grand car, maison ancienne oblige, elle est très basse de plafond. Heureusement, aucun problème avec les prochains visiteurs qui sont attendus avec impatience !

                                                             A bientôt,

                                                            MARIE *

 

 

 

Posté par marie agapanthe à 09:28 - Commentaires [42] - Permalien [#]

08 juillet 2019

Juin est un jardin

          Je crois bien que de tous les mois de l'année, juin est celui que j'attends avec le plus d'impatience. Mois des petits matins lumineux et des longues soirées, juin ouvre à deux battants les portes de l'été. Même si l'on est encore au travail, il a un petit goût des vacances  qui approchent et le temps semble s'y étirer plus agréablement que pendant les autres mois de l'année. Ce que j'aime le plus est sans nul doute de vivre en laissant portes et fenêtres ouvertes, de porter des robes légères, de boire mon thé du matin dans le jardin et d'en admirer ses fleurs. Car si juillet s'alanguit dans une  torpeur très estivale, juin est un jardin qui s'épanouit avec exhubérance et générosité.

20190602_091711

En juin, comme il a été agréable de descendre le petit chemin qui mène à la vallée ! Parfois à l'ombre des arbres, parfois au soleil, on cueille au passage des herbes folles que l'on froisse entre ses doigts et l'on s'extasie devant les veaux nouvellement nés qui têtent leur mère avant d'arriver à la toute petite mairie ( la plus petite de France ) et de faire le tour de la vieille église du douxième siècle ( on ne compte même plus le nombre de fois qu'on l'a fait tant on aime cet endroit ).

20190630_150815

20190630_150541 20190630_150614

20190630_151416

20190630_151734

20190630_151850 20190630_152001

Justement cette fois-ci, il y avait cuisson au four à pain. Chaque cuisson ( 4 fois par an ) prend des allures de fête de campagne bon enfant avec un petit marché fermier et une foire à tout. Une foire à tout est ce que l'on appelle dans les autres régions de France ( autre que la Normandie ) un vide-grenier. J'aime cette dénomination, que je trouve très imagée, car on peut y trouver  un peu tout et n'importe quoi . Celle-ci est petite mais très gaie, à l'ombre des pommiers et des parasols. On en fait le tour en quelques minutes sans savoir à l'avance avec quel trésor minuscule on repartira.

20190602_105753

20190602_103448

20190602_103441 (2)

20190602_104044

20190602_104125

20190602_104251

20190602_103940

Il y a toujours quelqu'un que l'on connaît et l'on prend des nouvelles des enfants qui grandissent trop vite, on s'enquiert de la santé des uns et des autres, on parle de ses projets de vacances et on finit immanquablement par des considérations sur le temps qu'il fait, source inépuisable de conversations.          " On a vraiment de la chance. Il fait très beau aujourd'hui ." 

Avant de repartir on n'oublie pas,bien entendu, d'acheter une boule de pain de campagne, une pizza à la garniture généreuse, une tarte ou un douillon ( une pomme cuite et fondante dans une coque de pâte craquante).

20190602_104259

20190602_104351

20190602_105438

20190602_105411

20190602_105514

20190602_105415 20190602_105519

20190602_105429

 

 

En ce mois de juin, le plus beau des jardins était incontestablement celui de Lydie @ une feedhiver, qui y recevait une joyeuse compagnie de blogueuses et instagrammeuses. Je suis tombée en admiration devant ses "mixed borders " , son organisation impeccable, ses thèmes colorés et plus encore devant le travail incroyable fourni par Lydie pour obtenir un tel résultat.

20190607_123821

20190607_134823

20190607_134835

20190607_134900

20190607_134909

20190607_124311 20190607_124346

Que de sourires dans ce jardin ! La joie de se retrouver ou de faire connaissance pour la première fois. Le plaisir de partager cette journée en toute amitié. Un grand merci à Lydie pour avoir permis cette rencontre mémorable !

IMG_20190708_101613_676

Et des photos de moi pour celles qui ne me connaissent pas en "vrai". ( Je suis la fille aux cheveux longs un peu roux avec la petite robe bleue ). Pour en savoir plus sur cette journée, je vous invite à aller lire le reportage très complet et si bien écrit sur La ligne treize. Je n'aurais pas pu faire mieux !

IMG_20190708_101204_603 IMG_20190708_101305_663

IMG_20190708_101613_676

  

A la chaumière bleue le jardin est plus fouillis mais très coloré. Je retrouve comme chaque année avec bonheur les pivoines, les lysimaques, les roses et les roses trémières.

20190628_204702

20190605_080343

20190605_080424

20190621_125550

20190621_134122

Cette année, il y a un nouveau petit coin lecture sur le banc à l'ombre des arbres avec le joli coussin Smile offert par Lydie à toutes les participantes à la rencontre chez elle, une jolie façon d'en prolonger le souvenir.

20190629_180622 

Mais quand il fait vraiment chaud, mieux vaut rester au frais à l'intérieur, s'allonger sur le canapé et regarder la glycine par la porte fenêtre ouverte.

20190618_140853

On a ressorti la guirlande de fanions et les lampions pour lui donner air de fête surtout à la nuit tombée.

20190617_081533

20190616_223248 

Dans le jardin de juin, cette année il y avait un petit garçon curieux de tout qui découvrait les plantes, les insectes, courait et riait aux éclats et qui m'a manqué sitôt qu'il était parti. ( Ferdinand 2 ans ). Le bac à sable délaissé attend son retour dès que possible....

20190617_165120 

 ****************************

Juin a tiré sa révérence avec élégance en nous laissant des bouquets de fleurs de camomille à suspendre dans la maison  et que l'on retrouvera dans les tisanes de l'hiver.

20190623_163642 20190623_163646

20190623_163841

20190623_163809

20190623_163657

Mais aussi des grains de lavande pour les compotes d'abricot et de pêche.

IMG_20190703_152745_770

 

Le temps d'écrire ce billet et me voilà en vacances. Il y aura beaucoup de visiteurs cette année à la chaumière bleue et le jardin bruissera de mille bruits. Il y aura des enfants joueurs,  des éclats de rire et des éclats de voix, des moments de calme et de rêverie, des soirées mojitos où l'on parlera avec un peu plus d'entrain que d'habitude et où l'on refera un peu le monde ( en tout cas le notre ),  des confidences échangées, des chamallows à griller au barbecue, des ciels étoilés à contempler et tant d'autres choses encore......... Dans le jardin de la chaumière bleue il y aura tout simplement la vie.

                                                            Passez un très bel été !

Marie *

Posté par marie agapanthe à 10:04 - Commentaires [21] - Permalien [#]

06 juin 2019

Dernier mai à Paris

            Deux premières années d'études passées à Paris pour la demoiselle de la famille et le moment venu de rendre un appartement étudiant très agréable non sans un petit pincement au coeur de sa part. Pincement au coeur pour la maman aussi qui avait pris l'habitude de petits weekends dans la capitale. Mais il restait un dernier mois de mai pour quelques rendez-vous importants.

Premier rendez-vous de taille avec Vilhelm Hammershoi peintre Danois du 19 ème au musée Jacquemart- André. Le lieu est déjà somptueux. Un majestueux et très magnifique hôtel particulier qui sert d'écrin à une non moins magnifique exposition de toiles.

P1230883

P1230789

P1230792

P1230794

P1230797 P1230800

P1230802 P1230803

P1230805

P1230806

P1230812 

Découvrir l'oeuvre de Hammershoi c'est plonger dans un univers où tout objet, toute représentation humaine se dissout dans un silence si présent, si évident, si épais qu'il arrive à en imprégner tout son environnement immédiat. Un univers peuplé de femmes quasiment toujours représentées de dos ou dans l'entrebaillement d'une porte, silhouettes sombres et solitaires, affairées à l'une de ces tâches ménagères qui rythment une vie paisible et ordonnée.  Enfilade de portes qui s'ouvrent sur des vies silencieuses et minuscules, velours ouaté de teintes cotonneuses dans des variations de bruns, de beiges, de noirs et de gris. 

P1230863

P1230865

 20190511_110948

20190511_110238 

P1230890

P1230867 

Vies intérieures et scènes d'intérieurs qui s'animent sous la caresse d'un rayon de soleil. Hammershoi peint la lumière, peint le vide, peint l'austère, peint une atmosphère.

P1230874

P1230888

20190511_111010

20190511_110935

20190511_111345

J'ai eu la chance qu'il n'y ait que peu de visiteurs lorsque j'ai visité cette exposition et longtemps je n'ai pu me détacher de la contemplation de ces scènes intimistes. Plus que les peintres du Sud, ce sont les peintres du Nord, de la Scandinavie  en particulier dont je me sens la plus proche, les  Hammershoi, Holsoe, Kroyer, Larson, Zorn et autres. ( Même si j'aime Cézanne et Van Gogh et que je suis en admiration devant les toiles de Gauguin )

 Autre rendez-vous le même jour et un changement radical de décor et d'ambiance avec la visite de la Grande Mosquée de Paris qui se terminera par la dégustation d'un thé à la menthe brûlant. L'illusion est parfaite. Tous les éléments du décor sont présents : le minaret qui se dresse fièrement dans un ciel d'un bleu presque sans nuages, les décors arabisants, les mosaïques bleues et ocres, la cour intérieure aux allure de cloître, le jardin tout en luxuriance et les bassins pour les ablutions. Toutes les beautés du Magrehb à portée de main pour un dépaysement assuré.

P1230896 

P1230900

P1230901

P1230904

P1230905

P1230907 

P1230899

P1230906 

P1230925 

P1230900 

P1230929

P1230915

P1230917

P1230921

 

En mai il a fallu également dire au revoir au quartier, à savoir le 14ème, que l'on ne connaissait pas deux ans auparavant et qui a été une belle découverte. Une dernière promenade rue des Thermopyles à deux minutes de l'appartement où flotte comme un petit air de campagne en ville et où l'on retrouve le goût de flâner dans une rue sans circulation où les habitants osent sortir leurs plantes devant chez eux. Pendant un instant on oublie que l'on est à Paris et on se dit que la vie peut aussi y être très paisible et que l'on peut se sentir proche de la nature. ( En fait, je pense que les habitants de la rue doivent  avoir du mal à supporter tous les promeneurs en quête de verdure et que la vie n'y est peut-être pas aussi tranquille que ça ! )

P1230931

P1230932

P1230940

P1230941

P1230942

 

 Le jour de l'état des lieux il est encore temps d'aller faire un tour chez Mama Petula, le concept store végétal qui s'est installé dans l'ancien hôpital Saint Vincent de Paul sur le site des Grands Voisins  avenue Denfert Rochereau, tout comme une centaine d'associations, artistes et artisans et ce jusqu'en 2020, en attendant la naissance du nouveau quartier dont le chantier a commencé et qui verra le jour en 2023.

20190601_154937

Loin , bien loin des fleuristes d'antan qui nous proposaient des plantes figées dans une collerette en papier plissé, Mama Petula c'est d'abord une atmosphère, un lieu où les plantes sont libres de s'épanouir à leur guise dans des vieilles passoires ou des baquets en zinc, poussent dans des fioles de verre, entourent un vieux canapé en velours et n'attendent qu'une chose : que vous les adoptiez et que vous leur offriez tout votre amour.....

20190601_154925

20190601_153133

20190601_153313

20190601_153308

20190601_153317 (1)

20190601_153236

20190601_153216

20190601_153117

 

Le retour en Normandie est un peu triste. La voiture est pleine à craquer de tout ce que l'on peut accumuler en deux ans mais déjà la suite se dessine. La destination pour la suite des études est déjà trouvée. Je vous laisse un indice en photo. Peut-être l'occasion d'un futur voyage pour moi ? Qui sait ?

bergen (1)

 

A bientôt,

Marie *

Posté par marie agapanthe à 21:51 - Commentaires [30] - Permalien [#]