Marie et les agapanthes

15 mars 2019

La dame de Nohant

             Le temps passe décidément trop vite. A peine mon dernier billet publié que plus d'un mois s'est écoulé. Je m'étais pourtant promis de revenir plus souvent sur ces pages ! En ce jour très maussade de mars ( Jolie façon de dire pourri ), alors que la pluie cingle furieusement  les fenêtres et que chaque tentative de sortie se transforme en une lutte inégale entre vous et un vent furieux (En fait le terme dément conviendrait mieux ) qui menace à chaque pas de vous emporter, je vous propose la rencontre avec une femme d'exception. A l'origine un achat. Celui du beau livre Les carnets de cuisine de George Sand publié aux éditions Chêne ( J'ai du mal à résister à l'attrait qu'exerce sur moi ce genre d'ouvrage qui mêle photos de belles demeures et recettes de cuisine ).

P1230632

J'avais ce billet en préparation depuis un certain temps ( et il aurait pu encore attendre longtemps ) mais  il y a eu la coïncidence de trouver dans le dernier magazine Flow un article sur ce célèbre écrivain et puis aussi le 8 mars  journée des  Droits des Femmes, qui m'ont poussée à le finaliser rapidement.

P1230645

C'est en plein coeur du Berry, terre de légendes et de sortilèges que se niche, dans le petit village de Nohant, la demeure de George Sand. Visitée une première fois avec mes parents quand j'étais petite elle a été l'occcasion d'une deuxième visite il y a trois  ou quatre ans, un jour de mars bien froid comme aujourd'hui.

De George Sand j'ai lu peu d'oeuvres : La petite Fadette, La mare au diable, François le champi, des histoires au charme désuet qui  ne m'ont pas laissé un souvenir impérissable. Ce n'est donc pas des talents d'écrivain de George Sand que je veux parler mais bien de la Femme avec un grand , d'Amantine, Aurore, Lucile, Baronne Dudevant qui prit nom d'homme pour s'imposer en tant que femme de lettres dans un monde exclusivement masculin,  fit scandale de part sa vie amoureuse libre et dut se battre contre les préjugés d'une époque pétrie de rigueur morale.

George Sand 

Dans le petit village de Nohant, le buste de Chopin nous accueille et nous rappelle qu'il en a été l'un de ses illustres visiteurs. 

P1011100 

Passée la grille bleue, la propriété se dévoile, une solide bâtisse rectangulaire aux murs clairs. Les arbres, dépouillés de leurs feuillage, contribuent à lui donner un aspect un peu Belle au bois dormant.

P1011143 

P1011153

P1011103  

Mais à l'intérieur, la table dressée sous le majestueux lustre en verre Murano de la salle à manger nous rappelle qu'il y avait souvent des invités à la table de George Sand.  Hormis Maurice son fils et Solange sa fille, étaient présents le compositeur Frédéric Chopin, l'un de ses nombreux amants qui vint sept étés de suite à Nohant et sans doute aussi Franz Listz et Marie d'Agoult. Certainement le peintre Eugène Delacroix qui enseignait la peinture à Maurice ou l'écrivain Honoré de Balzac. Plus tard viendront Alexandre Dumas fils, Théophile Gautier, Gustave Flaubert et le poète russe Alexandre Tourgueniev plaçant Nohant au centre de la vie intellectuelle de l'époque.

P1230635

P1011110

P1011104 

Nappe blanche, chemin de table ajouré, serviettes monogrammés GS, faïence ou porcelaine ( Je ne sais pas trop ) aux motifs de fraises des bois qui s'enroulent en volutes gracieux  sur le bord des assiettes, argenterie, un grand bouquet de forsythia qui égaye la table de ses notes ensoleillées et les verres en cristal bleu et ocre offerts par Chopin.

P1011116 

P1011120

On parle beaucoup de l'actualité culturelle, de la dernière pièce à succès, des derniers romans en vogue. On rit, on s'échauffe un peu sur des sujets qui fâchent mais bien vite on se met d'accord sur les mets qui sont servis à la table de Nohant car George aime la bonne chère et consigne ses recettes préférées sur des carnets soigneusement rangés à l'office. D'ailleurs, la cuisine très moderne et fonctionnelle est dotée d'un fourneau professionnel.

cuisiene nohant

Après le repas on ira faire un tour au salon où Chopin jouera sans doute sa dernière valse à moins que Musset ne déclame un poème ( Pas à la même période en tout cas, Musset ayant chronologiquement été l'amant de George avant Chopin ) 

P1011107

P1011123

P1011113 P1011117

La nuit, pendant que ses invités dorment, George noircit fébrilement d'une écriture décidée les nouvelles pages de son prochain roman. Elle est libre et sa liberté repose avant tout sur son indépendance financière.  Elle se doit d'écrire encore et toujours pour assurer le train de vie de cette grande maison ainsi qu' un avenir à ses enfants. Alors elle continue et ne se couchera qu'au matin.

P1011130

Et quand elle n'écrit pas elle confectionne des costumes pour l'extraordinaire théâtre de marionettes de Maurice dans lequel sont régulièrement jouées des représentations. George ne s'arrête jamais.

P1011124

P1011125 

L'âme de Nohant c'est George et elle est encore bien présente dans chacune des pierres de la demeure, dans les longs couloirs qui la parcourent ou dans les arbres du parc où elle repose désormais. 

P1011128

P1011135

P1011134 

P1011149

P1011145

D'elle il nous faut retenir cette incommensurable soif de vivre, cet enthousiasme, cette curiosité pour tout ce qui l'entoure et cette incroyable énergie qui lui a permis de s'imposer en son nom propre à une époque où une femme ne pouvait être que mère ou épouse. Elle s'inscrit dans une lignée de femmes remarquables qui doivent nous rappeler que le droit des femmes n'est jamais définitivement acquis. Qu'à l'heure actuelle c'est grâce aux combats menés par celles qui nous ont précédé que les femmes ont le droit de vote, celui de travailler ou d'avoir un compte en banque. Le droit de dessiner leur avenir, celui d'être écrivain, artiste, chirurgien, chercheuse ou pilote de ligne. Le droit à l'indépendance et à l'autonomie celui de choisir leur destinée.

                                                                  ********************************************

La lecture du  livre m'a donné l'envie de me livrer à un petit exercice de style :  Dresser une table à la manière de George Sand ( Pas mon genre de table d'habitude car trop classique mais j'avais envie de relever le défi ) avec une majorité d'objets chinés.

P1230522

Des assiettes en porcelaine aux délicats motifs floraux que ma mère avait reçus en cadeau de mariage, aujourd'hui en ma possession ainsi que des couverts en métal argenté dépareillés, chinés. Il est très facile de trouver de jolies assiettes anciennes fleuries à prix modique ( On en trouve souvent chez Emmaüs ) et j'ai souvent découvert des couverts dans des vide-greniers, au fond de cartons, dissimulés sous un amas d'objets improbables et très hétéroclites.

P1230536

P1230502

Du carton kraft récupéré pour faire des marque-places et un petit tour au jardin pour l'indispensable touche végétale.

P1230500

Une nappe monogrammée à mes initiales, achetée pour une poignée d'euros un samedi matin pluvieux à la fin d'un marché aux puces ( Le vendeur était pressé de remballer sa marchandise ). Des serviettes monogrammées dénichées chez Emmaüs pour 2 euros les 4. Il est encore assez facile de trouver du beau linge ancien, notamment des draps qui peuvent tout à fait servir de nappe ainsi que des serviettes. Les verres sont en cristal et sont un cadeau reçu il y a fort longtemps mais comme les assiettes ou le linge, on peut en trouver facilement à tout petit prix, surtout si ils sont dépareillés ce qui à mon sens rajoute du charme à la table.

P1230503

P1230532

Pour finir, un bouquet de tulipes jaunes qui, associé à la  jolie coupe ( ou compotier ) en verre bleu moulée qui date du début du 20ème siècle, dénichée il y a bien longtemps dans une petite brocante, rappelle le bleu et l'ocre des verres de George. ( Pour faire de la place, je revends cette coupe. Si quelqu'un est intéressé, me contacter en message privé. )

P1230507

P1230508

P1230509

P1230531

 

*******************************

Dernier exercice de style : Céder à la gourmandise ( j'avoue, je cède souvent ) et exécuter l'une des recettes de George, les gâteaux pour le thé. Elle m'intrigue car l'aspect des gâteaux est assez original et je n'ai jamais rien vu de tel auparavant.

P1230647

20190313_175333

20190313_175349

Au final, on obtient des petits gâteaux légers et délicats comme des plumes  (  Comparaison hasardeuse pour des gâteaux j'en conviens ) à moins que ce ne soient des petits nuages : une base de pâte très proche de la pâte à choux surmontée de dômes aériens en blanc d'oeuf très légèrement craquants en bouche. Recette validée donc que je risque fort refaire pour ma prochaine après-midi entre copines ( Emilia, Claudine, Annabelle, Nathalie, Christine, Sandrine et Martine, si vous lisez ce billet voici ce que vous goûterez peut-être samedi prochain !

                                                             

Je vous laisse lentement savourer les gâteaux de George et je vous retrouve le plus vite possible ( Mon intention étant toujours de racourcir l'espace entre mes billets  mais j'y arrive rarement ! )

                                                                                              M A R I E * un peu aidée par George

 

 

Posté par marie agapanthe à 14:20 - Commentaires [22] - Permalien [#]


02 février 2019

Jour de neige

                 La journée avait ressemblé à celle de la veille à un détail près : la neige s'était mise à tomber dans la soirée. Au début, un saupoudrage léger, à peine un peu de sucre sur les toits des maisons puis de gros flocons voltigeant dans la nuit qui s'étaient posés en couche ouatée sur la haie. De la fenêtre il y avait cette vue digne d'une carte de Noël au charme délicieusement rétro.

P1230365 

En l'espace d'une heure, le jardin était devenu tout blanc.

P1230370

P1230371 

Et le spectacle était encore plus grandiose du haut de la maison. Presque l'illusion de se retrouver ailleurs, quelque part à la montagne ou dans une forêt de Scandinavie. (Note à moi même : ranger le barbecue  honteusement livré à lui même depuis cet été dans le jardin. Je suis la reine de la procrastination !)

P1230378

P1230381

P1230383

 

La nuit fut calme, presque anormalement calme. Plus aucun bruit, comme si la chaumière s'était soudainement retrouvée coupée du reste du monde et s'était enveloppée, en guise de manteau, d'une épaisse couche de feutre. Aucun passage dans la rue devenue impraticable si ce n'est la lueur intermittente du gyrophare d'un engin de déneigement. 

Au petit matin, grand beau temps !  On chausse les bottes pour aller  à pied au travail en bénissant la bonne fortune de ne pas être obligé de prendre la voiture pour s'y rendre. La neige est traitresse, elle vous offre de somptueux spectacles mais peut aussi singulièrement vous gâcher la journée.

Le froid qui mord le visage, cet air gelé dont on s'emplit les poumons, la neige qui crisse très doucement sous les pas qui y laissent des empreintes profondes et aussi tout ce bleu qui vous emplit d'un sentiment d'infini et de plénitude. J'ai aimé cette petite balade dans le village qui se réveillait dans sa parure de mariée sous un ciel presque méditerranéen. 

P1230475

P1230436

P1230426

P1230429

P1230441

P1230442 

P1230447

P1230451 

P1230452

 

Je n'ai croisé qu'une seule personne dans cette matinale promenade, et partout cette étendue immaculée exempte de toute trace humaine qui donne l'impression d'arriver, tel un explorateur, sur un territoire encore vierge. (Au loin, ce que je pense être l'ancienne demeure de l'écrivain et académicien André Maurois )

P1230459

P1230457 

P1230462

 

Arrivée au travail pour découvrir qu'il n'y a que 16 élèves présents sur plus de 700 ( pour ceux qui ne le savent pas, j'enseigne l'anglais  dans un  collège ) mais aucun des miens. Une petite heure passée avec des collègues à discuter avant de regagner la maison. En chemin, le ciel se brouille tout à coup, se gonfle d'amas cotonneux et la neige se remet à tomber, cinglante et agressive. Disparus le bleu et l'éblouissante blancheur . Je retrouve une atmosphère de conte d'hiver quand j'arrive trempée à la chaumière bleue.

P1230470

P1230467 

C'est en voyant la photo que je me rends compte qu'il va falloir que je fasse quelque chose pour le portail qui est vraiment très défraichi ! 

Un petit tour au jardin avant de rentrer se mettre au chaud .

P1230465

P1230466

C'est un temps à faire des gâteaux, à boire un thé brûlant devant la cheminée et à paresser sur le canapé avec un livre. Au choix un cake aux agrumes confits ou des chocolate chip cookies bien moelleux, véritable recette rapportée des USA il y a plus de 30 ans. Le secret ? Surtout ne pas les laisser cuire trop longtemps.

Recette des chocolate chip cookies :

6 cuillères à soupe de sucre, 6 cuillères à soupe de sucre roux, 100 g de beurre fondu, une demi-cuillère à café de levure chimique, une demi-cuillère à café de vanille liquide, un oeuf, 150 g de farine et 150 g de pépites de chocolat.

Mélanger les sucres et le beurre fondu. Rajouter l'oeuf et la vanille puis la farine et la levure. Finir par les pépites

Déposer des boules de pâte sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, les aplatir avec le dos d'une cuillère  et faire cuire  8 minutes maximum à 180 degrés. Les cookies doivent être mous quand on les sort du four. Ils durciront après. 

DSC_1424

P1230490

 

 Le troisième jour, la neige commence à fondre.  Les champs et les jardins albes seront bientôt rendus à la boue qui gagne d'heure en heure du terrain.

Bientôt il ne restera de cet épisode que quelques paillettes irisées nichées au creux des arbres telles des petits bijoux précieux.

P1230487

 

M a r i e *

 

Posté par marie agapanthe à 22:15 - Commentaires [37] - Permalien [#]

19 janvier 2019

Appartement témoin

               Située non loin de chez moi, la ville du Havre ne m'avait jusqu'à présent pas vraiment séduite mais j'avais depuis longtemps envie d'en percer les secrets architecturaux surtout depuis l'inscription de son centre par L'UNESCO au patrimoine mondial de l'humanité. Apprendre à voir pour comprendre et saisir la valeur intrinsèque d'un lieu, un peu comme un texte rébarbatif au premier coup d'oeil, que l'on apprendrait à décrypter pour mieux en saisir la beauté. Un décryptage possible avec la visite de l'appartement témoin Auguste Perret ( visite faite au printemps dernier )

                Auguste Perret est l'architecte qui est a présidé à la reconstruction de la ville du Havre, l'une des villes les plus sinistrées d'Europe après la seconde guerre mondiale avec pas moins de 120 000 immeubles détruits. Il fallait aller vite pour reloger les 80 000 sinistrés et Perret décide en novateur d'employer le béton armé allié à des structures poteau / poutre / dalle, pour édifier le plus rapidement possible les nouveaux bâtiments le long d'axes s'inscrivant dans un plan en damier. 140 architectes prennent en charge la construction des immeubles par îlots sur une base de 6,24 mètres ce qui donne une unité à l'ensemble ( chaque bâtiment est un multiple de cette mesure ). Libre à chaque architecte d'y ajouter sa patte, une couleur ou un parement un peu différent, un encadrement de fenêtre, une porte monumentale, une colonne à chapiteau, un bas-relief ou un arrondi autour d'une cage d'escalier pour casser la rigueur des angles droits. 

P1180753

P1180754

P1180777 P1180778

 P1180767

P1180763 P1180768

 

      Plongée dans les années cinquante. 

Imaginez que Monsieur et Madame Leblond viennent d'emménager dans leur appartement flambant neuf au premier étage d'un immeuble avenue Foch. Jeannine vient de rentrer du marché et a accroché son manteau, son chapeau et ses gants au porte-manteau de l'entrée.( A noter les bottes en caoutchouc, on est tout de même en Normandie ). De l'entrée on a vue sur quasiment toutes les pièces de ce spacieux et lumineux appartement où la circulation se fait facilement.

P1010360

P1010449

Jeannine dépose son panier à provision dans sa nouvelle cuisine tout équipée dont elle est très fière, elle qui, il n'y a pas si longtemps encore, dans son ancien logement  quelque peu vétuste, devait aller chercher l'eau dans la cour et n'avait qu'une vieille cuisinière à charbon pour cuisiner. D'un coup de baguette magique les problèmes de salubrité ont été réglés et les Havrais jouissent désormais de tout le confort moderne de l'après-guerre. Quel bonheur que celui d'avoir enfin un frigidaire, une gazinière, une cocotte-minute ou une véritable yaourtière Yalacta sans oublier un bel aspirateur !

P1010355

P1010385

P1010444 

P1010432

P1010387 

Comble du luxe : le vide ordure. Même plus besoin de sortir les poubelles !

P1010440

Besoin d'oublier les horreurs de la guerre, toute la société se réfugie dans la fée consommation qui apporte au foyer confort et modernité et qui en redéfinit les contours.

Ah, les joies du progrès telles que Boris Vian les chante : 

"....Pour séduire le cher ange on lui glisse à l'oreille -Ah Gudule ! Viens m'embrasser et je te donnerai un frigidaire, un joli scooter, un atomixaire et du Dunlopillo, une cuisinière avec un four en verre, des tas de couverts et des pelles à gâteaux, une tourniquette pour faire la vinaigrette, un bel aérateur pour bouffer les odeurs, des draps qui chauffent, un pistolet à gaufres, un avion pour deux, et nous serons heureux... "

La cuisine de l'appartement témoin s'apparente à la lecture du Larousse des arts ménagers qu'il y avait chez mes parents quand j'étais enfant. Une époque où, d'après la publicité, la libération de la femme, donc son bonheur et son plaisir, passait par l'acquisition d'appareils électro-ménagers.

larousse ménager

pub-moulinex

P1010358

 

Pendant que Jeannine prépare le repas du soir, Danielle joue tranquillement dans sa grande chambre. Les meubles ont des lignes simples et sont très fonctionnels comme par exemple les lits gigognes, le bureau à abattant ou l'armoire compartimentée où il est si facile de tout ranger. Danielle a pu installer sur les étagères ses jouets préférés, son petit chien à roulettes et sa poupée en celluloïd pour laquelle sa maman a tricoté de jolis vêtements. Les tissus des coussins et des rideaux ont des couleurs vives et des motifs géométriques.

P1010361

P1010363 P1010364

P1010396

P1010366

P1010405

P1010404

  

 Pendant ce temps le petit frère  de Danielle, Jean-François, dort dans son berceau en rotin installé dans la chambre de ses parents. Les meubles aux pieds coniques sont en bois de hêtre clair. Là aussi leurs formes sont simples et épurées. Ils se veulent pratiques avant tout.

P1010417 

P1010413

P1010414

P1010418

P1010421

P1010436

 

La grande amélioration dans cet habitat de l'après-guerre est la salle de bains. Rares étaient les maisons qui en avaient une auparavant. Oubliés la bassine et le broc à eau , ils sont rempacés par un lavabo à la robinetterie chromée et une grande baignoire. Contigüe à la salle de bains il y a  même une buanderie. En quelques années, l'hygiène a fait un bond prodigieux.

P1010375 P1010376

P1010429 

P1010447

P1010424

P1010374

P1010373

P1010425

 

La pièce principale s'inscrit elle aussi résolument dans la modernité avec des meubles en teck blond ou en chêne clair de style scandinave avec des lignes simples. Ils sont économiques et robustes car on quitte une production artisanale pour une production de masse qui permet au plus grand nombre de se meubler à bas coût, préfiguration de nos grandes surfaces Ikea .(  En Suède, les premiers  meubles Ikea ont été conçus en 1947 et la firme a ouvert son tout premier lieu d'exposition en 1953 )

Côté salon, côté salle à manger où la famille se retrouve pour les repas, et coin bureau sans doute réservé à Monsieur ( Les rôles sont encore très stérétoypés à cette époque, les femmes aux fourneaux et avec les enfants, les hommes dans leur bureau ou leur fauteuil ). Le graphisme du tableau rappelle celui des textiles. Un système de cloison mobile  permet de moduler l'espace à sa guise. Et toujours cette optimisation de la lumière naturelle qui traverse l'appartement de part en part.

P1010390

P1010379

P1010380

P1010382

P1010381 

P1010437 

P1010448 

P1010391

 

Lignes épurées et résolument modernes pour les luminaires également. Exit les lustres imposants et apparition des premiers spots au design industriel dont les lignes ont peu changé depuis cette époque.

P1010423

P1010399

P1010438 

P1010451

P1010398

 

 Passage de l'Art Déco au design, la visite de l'appartement témoin Auguste Perret est particulièrement intéressante pour appréhender au mieux cette rupture qui a caractérisé la reconstruction de l'après-guerre. Si cela vous intéresse, les visites guidées ont lieu sur rendez-vous, tel : 02 35 22 31 22, d'avril à septembre uniquement à la Maison du Patrimoine. Place Auguste Perret. Le Havre.

 

 Et pour finir ce billet, je vous laisse avec une photo de moi prise à l'appartement ( je l' avais complètement oubliée ) qui permettra à mes nouvelles abonnées de voir qui je suis !

 P1010435

 

 

                                                        A Bientôt,

                                                  M@rie *

Posté par marie agapanthe à 09:24 - Commentaires [32] - Permalien [#]

05 janvier 2019

Sur le sable mouillé

               Quelques pas sur le sable mouillé. Des empreintes que la mer effacera et l'immensité du ciel. Les années s'en viennent et repartent comme elles sont venues, inexorablement, toujours remplacées par une nouvelle et la course du temps qui jamais ne fait de pause. 

                    Une promenade sur la plage de Cabourg en ce début du mois de janvier et se dire avec un pincement au coeur que les années passent de plus en plus vite, que le temps accélère. 

P1230321

 

En marchant sur le sable, j'ai pensé que finalement 2018 avait été une année comme les autres, avec le même lot de joies et de peines que d'habitude,  dont il ne faudrait retenir que le meilleur et tenter d'effacer le moins bon.

P1230329

P1230284

 

 

Face à la mer, Le Grand Hôtel dans lequel Marcel Proust autrefois séjourna dresse sa majestueuse et imposante façade. On imagine le frou frou des robes de dentelle, les ombrelles et les canotiers, des tourbillons de valse sous les lustres brillants de mille feux de son salon.

P1230322

P1230288 P1230293

P1230316

P1230337

La plupart des volets de l'hôtel sont clos. Il s'est en partie assoupi pour l'hiver tout comme les belles endormies du centre-ville, les élégantes villas de style anglo-normand témoins d'une splendeur passée qui se réveilleront aux premiers frémissements des beaux jours.

P1230296

P1230303

P1230299

P1230307

 

Elles ont fière allure avec leur complexité de toiture, leurs clochetons et tourelles, leurs généreux balcons et leurs plaques de mosaïque colorée qui arborent fièrement un nom que l'on s'accorde aujourd'hui à trouver désuet mais qui contribue à leur charme. Et du charme elles en ont à revendre, plus en tout cas que les immeubles de béton sans âme, construits ces cinquante dernières années, dont est malencontreusement affublée une partie du littoral français.

 

P1230319

 

 

Mais nul ne sert de courir après le temps perdu. Une année nouvelle ce sont 365 jours qui s'offrent à nous. 365 possibilités et nouvelles chances, 365 défis du quotidien à relever. A nous de les remplir de nos envies et de les faire vivre au mieux. Loin des résolutions que certains prennent, j'émets juste le souhait de revenir ici régulièrement pour y écrire et vous retrouver mais aussi de faire fructifier les amitiés nouvelles nouées en 2018 tout en cultivant les anciennes.

 

P1230326

 

Avant de partir, il reste juste encore un peu de temps pour juste quelques pas sur l'immense plage de sable mouillé. En profiter pour vous souhaiter une année 2019 remplie de jolis moments. Aimez, dansez, créez, rêvez , osez, faites des projets mais surtout vivez intensément  !

                                                    HAPPY 2019 !

                              MARIE *

 

Posté par marie agapanthe à 09:42 - Commentaires [39] - Permalien [#]

24 décembre 2018

Végétal

               Je ne sais pas pour vous, mais cette année j'ai vraiment eu du mal à me mettre dans l'ambiance et me laisser gagner par l'effervescence des préparatifs de Noël.  La faute sans doute à cette morosité générale du mois  écoulé et j'ai donc tardé à me lancer dans la décoration de la maison.  Une seule envie s'est imposée à moi  : du végétal, du vert, du naturel.

Un incontournable pour ce souhait de nature : l'eucalyptus. Toujours présent dans la maison, ses bouquets dégagent un parfum dont je ne me lasse pas. Il dure très longtemps et je l'aime encore même lorsque ses feuilles abandonnent leur habituelle teinte verte délicieusement argentée pour une tonalité un peu rosée. Il est déjà beau comme ça, simplement posé sur la table. On dit que la présence d'eucalyptus dans une maison fait des merveilles sur le système respiratoire, qu'elle soigne, apaise et a même une action stimulante et positive sur l'humeur. En bref, avec l'eucalyptus, une maison respire le bien-être !

 

P1230167

P1230166

Il s'allie merveilleusement bien aux fleurettes blanches du gypsophile pour composer de grands bouquets exhubérants.

P1230201

P1230202

P1230249

 

Cette année j'ai décidé de réaliser une guirlande entièrement végétale avec une ficelle de lin, des fleurs de gypsophile et des grappes des baies  noir-bleuté du lierre qui recouvre le pilier d'entrée du jardin.

P1230138

P1230139

DSC_1417

Même si une fois les guirlandes disposées dans le sapin, on voit un peu les fils, le résultat me plaît bien . Un peu de lierre enroulé autour des branches, quelques oiseaux d'un blanc neigeux et voici mon sapin tendance nature dans lequel je dispose les cartes de voeux au fur et à mesure que je les reçois. Merci Florence, Christine,  Anne-Michèle et Maryannick .

P1230183

P1230189 

Dès que la lumière du jour décline, les petites lumières de la guirlande lumineuse prennent le relais.

P1230181

P1230179

P1230153

P1230160

P1230155

P1230170 P1230147

L'étiquette en tissu au motif botanique reçue de Monique est particulièrement adaptée à ce sapin.

Les années se suivent et les sapins se ressemblent : blanc et  vert, ce qui ne plaît pas à tout le monde. Chloé, de retour pour les vacances, veut du rouge, absolument. Ma seule concession à cette couleur est une couronne en patchwork de tissus anciens accrochée à la poutre près de l'arbre mais cela ne lui suffit pas. Elle a donc ajouté quelques ornements rouges à l'arbre mais je ne montrerai pas le résultat car ça change l'esprit même de ma réalisation. Oui , oui je sais je suis un peu intransigeante en matière de déco !  car je voulais lui faire plaisir.

P1230171

Avoir la chance d'habiter près d'une forêt  signifie que l'on peut facilement trouver de grandes branches. Il y a celle qui est restée toute l'année posée contre le mur à laquelle j'accroche des cartes et la dernière venue, suspendue au plafond et garnie de boules diverses. Simple et écologique ! Le coussinet est un cadeau de Martine, une gentille lectrice.

P1230211

P1230210

 

Le vert du feuillage et des branches de sapin met particulièrement bien en valeur les créations en argile de . disposées dans un panier de bois. 

P1230233

P1230232

P1230248

P1230237

P1230238

S'amuser à prendre deux fois la même photo avec deux réglages différents : sapin négatif / positif

 Auraient-elles un sixième sens ? En tout cas elles me connaissent bien !  Les cadeaux surprises reçus de Triskell et de Christelle s'intègrent à merveille dans ce décor saisonnier et ce, jusqu'au papier cadeau lui même ! 

P1230197

P1230198

 

 Pour pratiquer l'une de mes activités préférées en cette période de fêtes, j'ai nommé la fabrication des sablés de Noël, j'ai dégainé mon matériel, sorti tous les ingrédients nécessaires, choisi les emporte-pièces,  étoiles et sapins  ainsi qu'un petit nouveau, l'emporte-pièce Bambi. Pas pu résister au plaisir de leur mettre un petit noeud autour du cou à ces faons, une idée qui, je reconnais, n'est pas de moi mais  vue sur instagram récemment. Et le résultat ce sont des petits sachets offerts à des collègues de travail.

P1230226

P1230228

P1230240

P1230250

P1230243

  

Tout semble prêt pour profiter au mieux des deux semaines à venir. Il y aura encore des gâteaux à préparer, des cadeaux à ouvrir, du chocolat chaud, des films de Noël un peu guimauve, des cartes à écrire, des promenades dans la campagne, des repas partagés, des rires, des sourires et de la bonne  humeur, des réveils plus tardifs, des livres à lire, un anniversaire à fêter, des amis à rencontrer, des chants de Noël à écouter et encore plein de petits cadeaux à imaginer car faire plaisir, voilà bien où se niche l'Esprit de Noël ! 

P1230260

 

 

 A tous, je souhaite un très  DOUX   ET   CHALEUREUX   NOËL !

                                                                M A R I E *

 

Posté par marie agapanthe à 08:33 - Commentaires [28] - Permalien [#]


08 décembre 2018

Créatrices etc

                 Elles ont des idées plein la tête et des doigts en or à l'image de la très talentueuse dont je vous ai parlé dans mon billet  précédent.

                 Elles sont simples, humbles et très accessibles.

                 Leurs yeux s'illuminent quand elles vous parlent de leurs créations.

                 Elles oeuvrent seules pendant des mois dans leur atelier en proie à leurs doutes mais pleinement déterminées pour nous offrir ce petit supplément d'âme qui manque à notre monde uniformisé.

                 Elles sont la preuve que même en étant petit on n'en est pas moins GRAND.

                 Elles, ce sont les créatrices que j'ai rencontrées ce dernier weekend à l'excellent salon KIDS ETC à Paris. Un salon excellent, sans fausse note aucune comme on en trouve parfois dans d'autres salons où les organisateurs sont un peu moins regardants sur la qualité des exposants.

Loin d'être une présentation exhaustive de tous les participants au salon ( beaucoup trop long )  ce billet sera un florilège de mes coups de coeur.

Avec :

 

                  ASTRID LECORNU  Instagram : @astrid.lecornu   Blog  : astridel.over-blog.com

Avec Astrid vous posez le pied dans l'univers enchanté des contes de fée. Astrid travaille le fil de fer qui lui obéit au doigt et à l'oeil, se tord, se plie, s'enroule en volutes gracieux et se fait lit, couronne ou baguette magique prête à exaucer le moindre de vos voeux. J'ai participé il y a deux ou trois ans à un atelier organisé par Astrid. Il s'agissait de réaliser une petite guirlande d'étoiles. Tout paraissait simple quand on voyait la démonstration. Deux ou trois pliages et, hop, le tour était joué, le fil de fer devenait étoile. Beaucoup plus difficile quand on devait le faire soi même. Soudain, le fil devenait rétif, refusait d'obéir, de se plier au mouvement qu'on voulait lui imprimer et nos étoiles étaient tout de guingois. Astrid, toujours souriante, faisait preuve d'une patience infinie avec ses élèves, qui, il faut bien le reconnaître, s'avéraient pour la majeure partie d'entre eux plus que médiocres ( et moi la première d'ailleurs ! ). Mes étoiles n'ont jamais été finies et sont restées en souffrance dans un sachet de papier au fond d'un placard. Mais chez Astrid, tout est magnifiquement beau !

 

P1220936

P1220948

P1230046

Le monde d'Astrid est peuplé de souris couronnées, de danseuses en robe de tulle, de moutons laineux et de fleurs des champs.

P1230047

P1220938 

P1220940

P1220941

Et admirer toute la poésie contenue dans ce chandelier aux bougies de velours.

P1220949

  

                 LITTLE  FRENCH  RAG ( Sandrine ) Instagram : @littlefrenchrag    wwwlittlefrenchragcom

Voici un deuxième univers tout aussi féérique : celui de Sandrine de Little French Rag avec qui j'ai très longuement parlé. Je connaissais ses créations textiles grâce à son compte instagram mais je les ai trouvées encore plus belles " en vrai ".  Avec Sandrine nous avons évoqué l'importance pour les créatrices de participer à ces salons et de rencontrer leur public. Cela permet d'avoir un retour sur ce que l'on crée, seul dans son coin, et cela donne l'impulsion nécessaire pour continuer. Après une carrière professionelle qui l'a embarquée dans une vie trépidante, Sandrine a retrouvé le calme et la sérénité dans son atelier. Sa revisite des contes traditionnels avec sa Princesse Ane ou la Belle au bois dormant donnerait presque l'envie de retomber en enfance. ( Je connais d'ailleurs une très grande fille qui a craqué, message personnel pour Christelle )

Et puis des petits animaux, chats, rennes, souris, chacun couché sur un adorable matelas, à chaque fois un peu différent des autres. Lin, tulle, fourrure, dentelle, laine, des matériaux  anciens ou de récupération dans une démarche éco-responsable à laquelle j'adhère totalement donnent vie à ce bestiaire fabuleux.

P1230055

P1230051

P1230049

P1230053

P1230054

P1230057

P1230059

 

                 LAETITIA  DALBIES  Instagram  : @laetiyummy  www laetitiadalbiescom

Encore une créatrice découverte sur Instagram et retrouvée avec plaisir sur ce salon. Son talent à elle, c'est le crochet. Elle nous proposait de jolies mitaines, des petits châles mais aussi des poires aux couleurs tendres, des cerises aux feuilles dorées et des glaces très Yummy     ( yummy veut dire miam miam en anglais ) !

P1220989

P1220992

P1220995

P1220990

P1220991

 

                PASSAGE  INTERIEUR ( Valérie ) Instagram : @passageinterieur   

Sur ce stand j'ai été subjuguée par la beauté et la simplicité d'une petite suspension lumineuse au crochet . Un esprit de fête avec une guirlande lumineuse déposée au fond d'un mini panier. Les coussins princiers et la bonne idée des dînettes emballées dans du tissu, façon balluchon. 

P1230023

P1230020

P1230033

 

                LPDV - Ceramics - ( Vanessa ) Instagram : @lpdv_ceramics

Là aussi je suis tombée sous le charme !  Des céramiques blanches, très simples, très brutes mais si belles et si joliment présentées! 

P1220996

P1220997

 

                      DELPHINE  PLISSON   Instagram  : @delphineplisson  www. delphine-plisson.fr

Chez Delphine, le métal est découpé en forme de lune, étoiles ou oiseaux. Idée : Pourquoi ne pas accrocher une lune dorée au dessus du lit pour s'assurer de faire de beaux rêves ?

P1230001

P1230003

P1230004

 

                 CALM  Instagram : @calmfordreamers

Bouquets de fleurs en laine feutrée façon craspedia chez Calm.

P1220985

P1220983

  

                 PETIT  PICOTIN  Instagram : @petitpicotin  www.petitpicotin.com

Moins artisanal mais une production à petite échelle avec du beau lin lavé dans une déclinaison de teintes douces pour les cerf-volants et les ballons prêts à s'envoler sur les murs des chambres d'enfant, les cartables, les trousses et les sacs de Petit Picotin.

P1230013

P1230016 P1230014

P1230015

 

                     MINOW  Instagram : @minow_paris   www.minow.fr

Alice, la très gentille styliste de la toute jeune marque Minow parle avec passion et enthousiasme de ses créations, de ses coups de coeur, de ses choix, des difficultés aussi que cela peut engendrer pour la vie personnelle et familiale quand on se lance avec passion dans sa petite entreprise. Ses enfants posent avec plaisir pour présenter les vêtements conçus par leur maman. Sa collection Swinging London a des accents automnaux de part le choix des couleurs. Du miel chaud et du brun qui s'associent parfaitement bien au bleu minuit. Le petit plus : les poupons habillés comme les grands .

P1230044

P1230039 

P1230042

P1230038

 

                  CALISPERIA  Instagram : @calisperia_paris   www.calisperia.com

Le nom en lui même est déjà une invitation à l'apaisement et à la douceur. Ambiance nuit, linge raffiné, matières nobles et plis religieuse, et le souci du moindre détail.

P1220972

P1220973

P1220975

P1220976

  

                14 JUILLET / 15 AOUT  Instagram : @14juillet15aout

Si j'avais encore eu une petite fille à la maison , j'aurais sans doute craqué pour les maillots de bain en vichy façon Brigitte Bardot de 14 juillet / 15 août !

P1220897

P1220901 

 

                      PETIT BERGE Instagram : @petitberge

Une très jeune illustratrice avec un superbe coup de crayon propose des cartes mettant en scène des enfants, des affichettes et des pochons en coton biologique.

P1230063

P1230062

 

Changement de salon pour la fin de ce billet et une autre belle rencontre au salon Création et Savoir Faire le lendemain :

 

                   BY FICELLE ( Delphine ) Instagram : @ by_ficelle

Delphine fabrique des bougies 100 % cire végétale et mélange les senteurs avec délicatessepour recréer l'illusion d'un jardin de curé, d'un jardin des simples, d'un jardin potager ou d'un jardin anglais. Elle imagine des bougies différentes pour chacun des jours de la semaine. C'est une véritable poésie végétale qui nous est ainsi proposée.

P1230091

P1230092

P1230097

 

            A la suite de ces salons, un immense BRAVO s'impose Mesdames !   J'ai admiré sans réserve ce que vous nous avez proposé et je m'incline devant votre talent en souhaitant qu'il soit reconnu par le plus grand nombre ! Vous nous avez procuré un immense plaisir et je voulais vous en remercier.

              De retour chez moi, les choses se bousculent un peu dans ma tête. J'ai vu tant de jolies choses. J'ai des envies de tout. Des envies de décorer, des envies de créer moi aussi, de tricoter, de crocheter, de découper, de dessiner, de peindre, de coudre, de pâtisser, d'écrire bien sûr  ( c'est ce que je fais de mieux me dit-on ), de réinventer le monde qui m'entoure, bref en un mot : de FAIRE.

 

                                                  A  BIENTÔT,

 

                                                                                   MARIE *

 

 

Posté par marie agapanthe à 15:45 - Commentaires [27] - Permalien [#]

30 novembre 2018

Mo is always a good idea

            Novembre a jeté sur la campagne environnante son manteau des jours de pluie et a plombé le ciel de nuages très gris ôtant toute couleur aux choses qui nous entourent. Des fantômes d'arbres émergent à grand peine d'un horizon noyé dans un brouillard tenace qui ne se lèvera pas de la journée. Tout a soudain l'air un peu mystérieux.

P1220873

P1220874

P1220877

P1220878

P1220879

 Au milieu de tant de grisaille il y a parfois des journées plus lumineuses que les autres comme celle du 9 novembre dernier. Une journée avec un avant-goût de fête où beauté, créativité et amitié étaient au rendez-vous. Et pour la réussir, rien de tel que d'y convier Mo  !

                           car    Mo Is AlWayS A gOoD IdEa !

 Je vous ai déjà présenté de nombreuses fois Mo, ou plutôt Monique, alias Rêves d'argile : Un sourire rayonnant, un délicieux accent chantant, une immense générosité doublée d'un non moins immense talent car Mo travaille l'argile avec brio, c'est une véritable artiste. 

P1220756 

Cette année encore, elle avait fait la route de sa Provence pour venir nous présenter ses dernières créations dans un écrin de rêve : le Par  hasard ou pas, la chambre d'hôtes de Chantal et Olivier, en Normandie, près de Pont-Lévêque.

Pour la journée, les nuages s'étaient fait très discrets comme si on avait appuyé sur la touche pause et l'automne nous offrait toute la splendeur dont il est capable.

P1220776

P1220777

P1220804

P1220805 

La journée s'annonçait vraiment très belle et aurait presque donné l'envie d'enfourcher un vélo pour aller parcourir les petites routes de campagne. 

P1220798

Ou alors celle de s'installer dehors, dans un grand fauteuil fait maison par Olivier le maitre de céans, il aurait juste fallu choisir sa couleur :  jaune , gris ou vert .

P1220806

P1220814

P1220812

 Mais nous étions attendus à l'intérieur, dans la grande salle où  une sompteuse table de petit déjeuner avait été dressée. 

P1220761

P1220727

P1220728

P1220762 

Partout des grappes de petites pommes.

P1220733 

P1220735 

P1220778 

Et tombant du plafond, comme une pluie de neige, des guirlandes imaginées par Chantal.

P1220738

Un bouquet de branchages orné de baies rouges disposé dans un vase en forme de très grande boite de conserve.

P1220721

Simplicité alliée au raffinement extrême de cette vaisselle blanche directement posée sur la table en bois brut .

P1220752

Et la poésie qui se dégage de ces feuilles.

P1220753

P1220723 

P1220730 

Un esprit de fête délicatement instillé par les petites lumières déposées ça et là, comme sur ce garde-manger ancien. 

P1220742 

Avec un gros coup de coeur pour cette citrouille qui aurait fait pâlir d'envie Cendrillon ! 

P1220749

 

Je suis admirative toujours devant ceux et celles qui, comme Mo, créent avec de la terre, de la toile, du papier ou tout autre matériau, un monde à leur image, bien éloigné des standards et des critères de la grande distribution où consommation rime avec uniformisation et productivité. Retrouver le goût du fait main, de l'unique, de l'original, du fait avec le coeur. S'en souvenir lorsque l'on a un cadeau à faire  et privilégier ceux qui oeuvrent dans leur coin avec une production minime mais précieuse et inestimable. Et pour peu que l'on cherche un peu, il y a forcément autour de soi des talents qui ne cherchent qu'à être appréciés à leur juste valeur. En cela, je trouve les réseaux sociaux un moyen formidable de les faire connaître et de les développer et la toile regorge de petits créateurs chacun unique et différent. A nous de les encourager et de les faire grandir !

P1220743

 

Ce billet,  j'en dois l'impulsion à Martine l'une de mes lectrices qui , lors d'un de nos échanges, m'a dit attendre avec impatience le compte rendu de cette journée un peu hors du commun . Ce qui m'amène au deuxième point que je voulais aborder ici , à savoir qu'un blog se nourrit des échanges qui se nouent entre celui qui l'écrit, seul à son clavier derrière son écran, et ceux qui le lisent. Le rédacteur a besoin d'un retour sur ce qu'il écrit et lire les commentaires qu'on vous a laissés est toujours un moment enrichissant et motivant. Merci donc à mes lecteurs de faire vivre ce blog car au final, il est autant le votre que le mien !

 

                                                                          ENJOY YOUR DAY !

                                                                                           MARIE *

Posté par marie agapanthe à 12:43 - Commentaires [33] - Permalien [#]

14 octobre 2018

Ranger l'été

             L'été n'est pas pressé et joue les prolongations. Il fait mine de partir, hésite, revient sur ses pas, un peu bousculé par l'automne qui a envie de lui prendre la place. Il fait la sourde oreille, se roule en boule et s'endort au soleil. Un soleil peut-être un peu moins chaud qu'en juillet et en août, un peu moins lumineux, un peu plus pressé de se coucher que d'habitude mais fidèle au rendez-vous quotidien. Et pourtant il va bien falloir se résoudre à le ranger un jour ce bel été !

Replier les chaises longues et les mettre à l'abri. 

DSC_1206 DSC_1208

Décrocher la guirlande de fanions et les lampions qui égayaient les soirées au jardin.

DSC_1274 

Renoncer au petit coin lecture que l'on avait aménagé à l'ombre des voilages, rentrer les coussins fait maison.

DSC_1314 DSC_1315

Faire place nette sur le portemanteau qui accueillera bientôt vestes, châles et écharpes. Dommage, car j'aimais bien cette petite accumulation de chapeaux et paniers. Et aussi le coussinet de lavande brodé par Lin hortense.

P1220460

P1220462

Les journées ensoleillées se succèdent et je les regarde de la fenêtre de mon lieu de travail sans trop pouvoir en profiter mais avec toujours le plaisir des tenues légères, des portes et fenêtres grandes ouvertes, de ces grands pans de lumière que l'on boit à pleine lampées. Pas envie de refermer la parenthèse de ce qui a été un bel été .

P1220469

 

 

 Incroyables ces chauds mois de septembre et d'octobre ! Et pourtant, il faut bien se rendre à l'évidence.  Les feuilles rougissent sur les arbres, et les cueillettes s'enchaînent. L'automne a la rondeur d'une pomme et la rugosité du bois.

P1220564

P1220563

J'ai eu la bonne idée de laisser un buisson de ronces dans le jardin ce qui a permis quelques pots de gelée de mûre, bien vite dégustés. Le reste des mûres a été déposé sur ma toute première pavlova aux fruits rouges, le "Lac des cygnes " des gâteaux comme l'a surnommée mon amie Emilia , en compagnie de qui je l'ai savourée un après-midi de septembre.

DSC_1329 DSC_1351

DSC_1356

 Avec les pommes , les poires,  les noisettes, j'ai fait beaucoup de pâtisserie en septembre et en octobre  sans doute  pour me consoler de ne plus avoir de longues journées de liberté devant moi. Une belle façon de lutter contre cette nostalgie de mi-saison, cet entre deux un peu morose lorsqu'on se prend à songer aux jours qui déclinent, à l'entrée dans le long tunnel hivernal tapi aux aguets devant nous. La pâtisserie thérapie ça fonctionne bien pour vous aussi ?

Il y a eu beaucoup de sablés mais aussi des tartelettes fantaisie et l'occasion de s'amuser un peu en inventant des formes inhabituelles. La pâtisserie vue comme un jeu créatif, ce qui m'amuse et m'enchante autant que d'imaginer de jolies mises en scène pour la présenter.

DSC_1365 DSC_1371

P1220508

P1220510

P1220501

 

 

On sait aussi que c'est l'automne quand on peut rapporter de ses promenades à travers champs des ombellifères aux larges couronnes sépia , dont la fragilité nous rappelle la fugacité des choses et le temps qui passe.

P1220546

P1220547

P1220548

P1220549 

Et puis on est content quand on a déniché au milieu d'une montagne de cucurbitacées la seule citrouille bleue, qui visiblement n'attendait que vous . Tellement plus élégante en décoration que ses cousines jaunes et oranges !

P1220545

Des champignons de provenance diverses pour créer un semblant de sous-bois, jouer avec des effets et des contrastes de matière.  @smile-shop-france @numero112  @soupieresetvieillesdentelles83

P1220473

P1220475  P1220490 

P1220474

 

 

C'est l'automne et l'été s'effiloche très lentement. En ramasser les graines et les mettre en sachet, comme autant de petites promesses des fleurs à revenir. Les jours prochains seront beaux il me semble.

P1220557

 

Si vous souhaitez un sachet de graines de roses trémières blanches, rose vif ou rose bordeaux me le dire et je me ferais un plaisir de vous en envoyer tant que j'en ai ( me préciser la couleur ).

                                                              

                                                                                         M A R I E *

Posté par marie agapanthe à 21:07 - Commentaires [33] - Permalien [#]

29 août 2018

Retour en Bretagne

         Je n'avais pas gardé un très bon souvenir de mon premier séjour en Bretagne. Je m'étais imaginé des paysages sauvages, très verdoyants, un peu semblables à ceux que l'on voit en Irlande ou en Ecosse et je m'étais retrouvée dans une location humide, au bord d'une plage recouverte d'algues nauséabondes, pas loin d'une zone semi- industrielle, dans un environnement très urbanisé, le tout sous un ciel peu convaincant. J'avais fait des kilomètres de voiture sans voir d'endroit qui me plaise véritablement. Bref, ce séjour ne m'avait pas poussé à y revenir mais il fallait bien laisser une nouvelle chance à cette région de France tant plébiscitée. Chose possible parce que j'avais trois petits jours devant moi, assez pour aller découvrir la côte de granit rose dont on m'avait bien souvent parlé. Trois jours et...

Juste le temps d'emprunter les escaliers qui dégringolent de l'église Brélévenez à Lannion où le chemin est jalonné de statues de pierre à la beauté âtre et rugueuse comme les contours de cette terre.

P1220040 P1220041

P1220038 P1220039

 

Juste le temps de perdre son regard dans les eaux de l'estuaire du Léguer que l'on voit depuis la fenêtre de la chambre . Peut-on rêver avoir  meilleure vue ?

A peine réveillées, au petit matin, les eaux épousent en toute quiétude le gris du ciel .

P1220075

P1220076

P1220085 

Des eaux  que la lumière matinale strie de milliers de traits de pinceau comme pour composer des tableaux très contemporains.

P1220108

P1220109

P1220110

Elles s'animent d'un bleu profond et soutenu sous le soleil de l'après-midi,

P1220216

Pour mieux s'endormir, paisibles, au couchant.

P1220218

 

Juste le temps d'une balade sur le sentier des douaniers commencée sous un ciel très gris et finie sous un soleil éclatant.

P1220205

P1220207

P1220210

 

Juste le temps d'une petite baignade sur la très belle plage de Perros-Guirec où l'eau, glaciale au premier contact, vous enserre les chevilles mais où l'on se surprendra finalement à dire l'une de ces petites phrases à la Delerm : "Non, non elle vraiment est bonne ! ".

P1220192

P1220197

P1220145

P1220170

P1220161

 

Juste le temps de glaner des petits trésors, comme on faisait quand on était enfant : un galet poli par la mer et tout luisant, un minuscule coquillage et un brin d'algue brune.

P1220168

P1220158

 

Juste le temps d'une balade en bateau pour y voir consécutivement, dans un inventaire à la Prévert :

Le trimaran du navigateur Erwan Le Roux, vainqueur de la route du Rhum et de la transat, Jacques Vabre à l'entraînement.

P1220247

Un cormoran qui sèche ses ailes au soleil

P1220283

P1220290

Des fous de Bassan sur leur île

P1220311

P1220312

Un phoque qui pointe le bout de son museau hors de l'eau

P1220319

Et un dauphin joueur

P1220329

 

Juste le temps d'admirer toutes ces belles maisons ou petits manoirs égrennés le long de la côte, avoir un coup de coeur pour celle-ci sur un semblant d'île et que l'on imagine entourée d'eau à marée haute.

P1220361

Ou pour celles-ci au charme suranné, surplombant magnifiquement la mer.

P1220178

P1220183

Et répéter à voix haute à l'envi ces noms aux sonorités si particulière qui apportent une touche d'exotisme à l'expérience bretonne. Manoirs + îles + noms bretons = me vient immédiatement en mémoire les livres du Club des cinq d'Enyd Blyton que je lisais petite et dans lesquels Claude, Annie, François, Michel et le chien Dagobert passaient leur vacances en Bretagne à la villa des Mouettes, partaient camper sur l'île de Kernach qui appartenait à leur savant d'oncle, quand ils ne se promenaient pas dans des passages secrets du château de Kernach ou montaient au phare des tempêtes pour vivre mille aventures.

P1220174

famous five

 

Juste le temps de contempler les bateaux danser imperceptiblement au gré des remous dans le port de Trégastel, 

P1220357

Ou complètement immobiles dans celui de Ploumanach.

P1220222

P1220223

P1220224

P1220230

P1220258

Baigner dans la douceur bleutée du soir qui enveloppe le bout de l'île Grande.

P1220373

P1220381

P1220376

P1220377

 

P1220384

P1220382

 

Juste le temps de déguster quelques huitres  sur la plage du Toënno et d'acheter des artichauts cardinaux sur le marché de Trébeurden.

P1220089

P1220113

 

Juste le temps en repartant d'aller voir la chapelle de Kergrist non loin de Paimpol que je ne pouvais manquer. Adolescente, j'avais recopié et affiché cette description , extraite de Mon frère Yves de Pierre Loti, sur les murs de ma chambre et qui nourrissait mon imaginaire d'alors : "Elle est en haut de la colline, bien antique, toute rongée de mousse, toute barbue de lichens, seule toujours, fermée et mystérieuse au milieu des bois " ......" La chapelle de Kergrist, dans le pays de Goëlo, sous le ciel le plus combre, le lac d'eau marine, et au milieu, les îlots de granit, la grande bête accroupie qui dort sur une plaine grise....je revois ce lieu qui m'est apparu, il y a déjà plusieurs années, un jour d'hiver."

Pauvre Pierre Loti ! Il aurait bien du mal à reconnaître l'endroit qui a perdu son côté mystérieux au profit de l'urbanisation galopante des temps modernes. La chapelle n'est plus seule et entourée de bois mais au beau milieu de maisons construites ces cinquante dernières années. 

P1220400

 

Finalement il a fallu refermer cette parenthèse bretonne en emportant le souvenir de ces ciels toujours changeants et se dire que l' on a bien fait de donner une deuxième chance à la Bretagne !

P1220131

 

KENAVO !

Marie *

Posté par marie agapanthe à 11:15 - Commentaires [38] - Permalien [#]

25 juillet 2018

Plaque or no plaque ?

            Je vous le concède : voici un titre bien énigmatique pour un billet ! Mais patience car il ne sera dévoilé que bien plus tard. Pour l'instant nous repartons en Angleterre. Je vous ai laissé dans un jardin, nous retournerons voir de jolies maisons. Juste un tout petit aperçu d'une maison très célèbre car il s'agit de la maison natale de William Shakespeare à Stratford upon Avon et ce,  pour faire plaisir à Triskell de la ligne 13,  avant de partir pour la campagne.

P1210833

P1210835

Parce que là où j'ai vraiment envie de vous emmener aujourd'hui c'est dans le Midsommer County. Vous connaissez sûrement le célèbre inspecteur de police Tom Barnaby, héros de la série éponyme ? Et puis les villages dont le nom commencent tous ou presque  par Midsommer ? Le coin d'Angleterre qui enregistre le plus grand nombre de crimes au kilomètre carré le tout dans un décor So British  ? La série regroupe tout ce qui est emblématique de l'Angleterre rurale, tout ce qui en constitue son charme inégalé : des villages qui s'organisent autour d'un green, des petites maisons toujours très fleuries, en briques, à pans de bois ou à toits de chaume, un pub,  une église à clocher carré entourée d'un cimetière où l'on peut se promener au milieu des pierres tombales, des tea rooms, souvent un vieux bureau de poste, une très belle demeure etc..... 

Il est facile sur internet de trouver et de télécharger une carte des lieux de tournage de la série et je dois reconnaître que j'avais choisi notre point de base ( un peu au nord d'Oxford, dans la très belle région des Cotswolds ) pour sa proximité avec le Midsommer County.

De la bonne vingtaine de lieux de tournage, nous en avons visité 6 seulement ( et j'ai très envie d'y retourner pour voir les autres ). Les afficionados de la série reconnaîtront peut-être et même sûrement certains des lieux.

La balade a commencé par Dorchester-on Thames avec une profusion de maisons à toit de chaume que l'on découvre en suivant un "footpath" qui serpente au coeur du village, empruntant des semblants de petits passages secrets.

P1210891

P1210895

P1210900

P1210911

P1210917

 Deuxième halte non loin de là à Warborough, mon village préféré, nommé dans la série Badgers drift. On s'attend presque à voir sortir du pub The six bells, l'inspecteur Barnaby flanqué de son jovial acolyte le sergent Jones.

P1210922

P1210923

A moins qu'ils ne poursuivent leurs investigations dans l'une de ces adorables maisons de poupée.

P1210926

P1210927

P1210928

P1210919

P1210918

P1210920

P1210941

Ou encore qu'ils ne disputent un match sur le terrain de cricket. Bien jaune d'ailleurs ce terrain, comme l'Angleterre toute entière en cette période de vague de chaleur.

P1210942

Quell crime sinistre a bien pu se dérouler aux abords de cette église ?

P1210938

Et puis, l'inévitable cabine téléphonique !

P1210933

Nous quittons à regrets Warborough pour nous rendre à Wallingford, l'une des petites villes ( avec Thame et Henley-on-Thames ) qui a servi de lieu de tournage pour Causton, l'endroit où se situe le commissariat dans la série. Et j'ai tout de suite reconnu :

P1210944

P1210950

P1210945 

Nous reprenons la route en direction de Watlington où mairie et bibliothèque ont été utilisées :

P1210952

P1210954

P1210958 

Lewknor ensuite où l'école qui jouxte le cimetière a un toit de chaume et a servi dans plusieurs épisodes et qui a une adorable Old Post Office.

P1210962

P1210963

P1210972

P1210970

P1210971

Nous terminons la journée, bien fatiguées car il fait très chaud, par Thame ou nous prenons un cream tea bien mérité !

P1210973

P1210974

P1210978

P1210980

P1210982 

A la fin de la journée, juste l'envie de revenir voir la suite : Ewelme, Aston, Rowant, Chinnor, The Miltons, The Haseleys, Nettlebed, Moulsford, Goring, Mapledurham, Rotherfield, Greys, Brightwell Baldwin, un bon prétexte pour repartir très vite en Angleterre !

Mais ce titre mystérieux dans tout ça ? Plaque or no plaque ? Nous y venons ! Bien souvent les jolies maisons anglaises arborent une non moins jolie plaque en façade avec, soit le nom de la maison, soit le numéro, soit les deux. Depuis des années elles me font de l'oeil. Vous n'êtes peut-être pas sans savoir que j'ai fait, assez récemment, l'acquisition d'une jolie chaumière normande pour laquelle j'ai craqué à cause justement de son charme très British et je me suis dit qu'une plaque près de la porte ferait du plus bel effet et parachèverait son petit côté anglo-saxon.

C'est dans le sud, à Rye, que j'ai admiré ces plaques de céramique peintes par une artiste locale et qui ne dépareraient pas sur les maisons des villages du Midsommer.

P1210722

P1210725

P1210739

P1210735

P1210738

 P1210755

Renseignements pris à l'office de tourisme, on peut les commander directement à l'artiste moyennant une somme tout à fait raisonnable pour un travail sur mesure et personnalisé.  Alors je me demande : plaque ou pas plaque ? Chloé me dit que c'est certes joli mais que ça a un côté mémère. La mémère de 54 ans que je suis se sent prête à l'assumer le côté mémère parce qu'elle n'y voit que le côté So British, So country, So charming , So tout ce qu'elle aime mais elle veut vous demander votre avis tout de même. Craquer pour une plaque ou pas ? Ronde ou ovale ? avec quoi dessus ? juste le numéro ? Juste le nom de la maison ( au passage, j'ai baptisé la maison " La chaumière bleue " mais en transcription anglaise cela donnerait "The blue cottage" ) ? Le nom plus le numéro ? Et puis quelle illustration ? Des fleurs ? ( pas d'agapanthes car elles ne sont pas assez visibles ) Je penche pour une reproduction de la porte de la maison encadrée de glycine et de roses trémières comme ceci :

DSC_1250

                       J'attends vos avis ...

 

                                                  Have a nice summer !

                                                         MARIE *

 

Posté par marie agapanthe à 14:45 - Commentaires [38] - Permalien [#]